Atelier solidaire: former les habitants à réduire leur consommation d’énergie

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

À Toulouse, dans le quartier populaire d'Empalot, l'"atelier solidaire" propose aux habitants des animations de sensibilisation aux économies d'énergie et des ateliers bricolage depuis juin. Impulsé par les entreprises, le projet a séduit les habitants qui se le sont approprié. L’atelier solidaire permet à une population très précaire de sortir, pour une après-midi, de l’isolement.

Empalot, ses barres de HLM, ses premiers jours de froid. Ses 86% de logements sociaux, ses 35% de chômage. Ce mardi après-midi, la cité toulousaine est morose. Sur le perron du numéro 18, rue de Menton, une odeur de cannabis se dégage des petits dealers qui tiennent leur permanence. Elle laisse place à d’intenses effluves de peinture fraîche lorsque Moahsane, l'animateur du lieu, ouvre la porte de "son" local, au rez-de-chaussée.

Ici, ça sent le neuf. Des essais de peinture s'étalent sur une plaque de placoplâtre. Sur un mur, sont accrochées différents types de prises, de compteurs électriques, d'ampoules, d'ampèremètres et d'infographies sur l'électricité. Un second mur propose différents trucs et astuces pour réduire sa consommation d'eau. Au centre de la pièce trônent deux établis. Le recoin du fond abrite une belle outil-thèque. Bienvenue à l'atelier solidaire*.

Atelier "enduit"

Ouleymatou entre à son tour dans l'ancien appartement. Cette jeune Guinéenne sans-papiers a été logée par le 115 dans les barres d'Empalot. Aujourd'hui, elle a changé de foyer, mais elle ne raterait pour rien au monde les activités proposées par l'atelier solidaire. La semaine dernière, elle a appris à peindre grâce aux ateliers animés par les salariés de Leroy-Merlin. Aujourd'hui, elle va recevoir une formation sur les "éco-gestes": les gestes du quotidien qui permettent de diminuer la pollution…et d’économiser sur sa consommation d’énergie.

Hélène, qui vient d'acquérir un appartement dans la rue voisine, la suit de près. Elle aussi a participé à l'atelier "enduit" la semaine passée. "Je veux apprendre la peinture, l'électricité, pour pouvoir me débrouiller, être indépendante", explique la jeune retraitée. À son tour, Bébel tape à la vitre. Ce chibani (grand-père maghrebin), qui gère l'association voisine, sert le thé à la menthe et les makrout tous les après-midis. Il raconte à qui veut l'entendre le quartier dans les années 60, des histoires de ratonnades et de pieds noirs. Sandy et Laetitia viennent interrompre cette plongée dans le passé. Ces deux juristes de l'association de consommation CLCV font asseoir tout le monde autour de la table basse. La discussion s'engage.

Eco-gestes

"Dans quel type de logement vivez-vous? Comment vous chauffez-vous?", demande le duo au groupe. Si Ouleymatou, qui vit en foyer, n'a pas la main sur le chauffage, Hélène, elle, tente de s'habituer au "programmateur" de son nouveau logement. Bébel en profite pour rappeler le poêle à charbon des années 60. Les animatrices, s'appuyant sur la documentation fournie par EDF, qui accompagne cette animation. Elles dispensent ensuite leur cours interactif sur les gestes de base pour économiser: chauffer les pièces à vivre à 20°C, celles à dormir à 16°C; ne pas éteindre le chauffage pendant la journée mais plutôt le baisser; adapter la casserole à la taille de la plaque; ne pas mettre de chaud dans le frigo; préférer les courtes douches aux bains; ne pas tirer la chasse d'eau à chaque fois, etc. Ensemble, les participants à l'atelier apprennent à lire les étiquettes des appareils électroménagers.

Sandy sort ensuite de sa hotte les matériels fournis par EDF: une multiprise économe en énergie, des aimants, un petit thermostat, etc. Puis vient l'heure du quizz, qui s'affiche sur le grand écran tactile. Combien économise-t-on par an en faisant du covoiturage? En utilisant un ordinateur portable? En diminuant la température de un degré ? L'occasion pour tout le monde de revoir les connaissances acquises lors de la formation, et d'en obtenir de nouvelles.

Cocon

Peu à peu, l'atelier solidaire s'est peuplé. Une ancienne comédienne au chômage s'est portée volontaire pour créer la page Facebook du lieu. Anita, habitante membre du comité de pilotage qui a mis en place l'Atelier solidaire, est venue rendre visite à sa protégée Ouleymatou. Grâce à sa participation au projet, Anita a trouvé un poste dans une association du quartier, et c'est à son tour d'aider.

À l'origine de ce cocon de vie, une convention entre EDF et la Mairie de Toulouse pour mettre en place un projet de "démonstrateur social", en 2011. S'y sont greffés Toulouse Métropole, Leroy-Merlin, et bien sûr, les habitantes mobilisées par les centres sociaux d'Empalot. Deux ans de réflexion plus tard, l'association "Les compagnons bâtisseurs" ont remporté l'appel d'offre de cet attelage, et employé Moahsane, ancien maçon victime d'un accident du travail, pour animer la structure.

Rénovation

À partir de mars, avec les habitants, ils ont retapé le local mis à disposition par le bailleur social Habitat Toulouse. Et depuis l'inauguration, le 30 juin, l'atelier solidaire est ouvert tous les après-midis. Les habitants viennent y réparer leurs petits appareils, suivre des formations et ateliers. Rapidement, Moahsane a été sollicité pour intervenir au domicile de certains habitants, pour poser des étagères ou refaire les peintures. Ils payent une cotisation de 10 euros à l'Atelier, la matière première, et Moahsane mobilise des voisins bénévoles pour la main d'œuvre. Ainsi, depuis trois semaines, des voisins aident Murielle à refaire la peinture de son salon.

Par ces temps difficiles, où les lieux communs où se rencontrent les habitants se réduisent comme peau de chagrin, l'existence de l'atelier solidaire offre aux plus précaires un refuge, un répit dans la solitude... Et qui sait, un tremplin: Ouleymatou envisage, une fois qu'elle aura ses papiers, de devenir peintre en bâtiment.

Avec le soutien de , partenaire de la rubrique De l'énergie pour tous.

 

*L’atelier solidaire fait partie des solutions d’EDF pour le climat. Elles ont été développées pour aider clients, particuliers, entreprises et collectivités locales à consommer mieux, moins, et à réduire leurs émissions de CO2. Découvrez-les toutes.

 

Crédit photos: Elsa Sabado.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer