[Vidéo] Handicap: l’Esat, ou l’autonomie par le travail

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Les établissements et services d’aide par le travail (Esat) visent à maintenir actives des personnes dont le handicap est trop lourd pour travailler dans des entreprises classiques. Reportage.

Pour atteindre l’obligation d’emploi de 6% de travailleurs handicapés, les entreprises de plus de 20 salariés peuvent sous-traiter une partie de leur activité à des structures du secteur protégé ou adapté. Parmi elles: les Esat. Ces établissements et services d’aide par le travail embauchent des personnes dont le handicap ne permet pas de travailler en milieu ordinaire.

À Stains (Seine-Saint-Denis), l’Esat Marville emploie 80 personnes handicapées mentales et psychiques. Sur place, celles-ci font du conditionnement et de la blanchisserie, quand d’autres travaillent en extérieur, dans l’entretien d’espaces verts ou la collecte de déchets, chez EDF ou à la mairie de Saint-Denis. Plus qu’une simple entreprise, l’établissement ambitionne de (re)donner de l’autonomie à ces travailleurs, notamment via des cours de soutien scolaire, des sorties culturelles ou de loisirs, et une aide aux démarches administratives. Un conseil de la vie sociale, au sein duquel des travailleurs élus représentent leurs collègues, permet d’organiser la vie au sein de l’institut et de donner une place active aux employés handicapés.

L’objectif affiché des Esat est de permettre une transition vers le milieu ordinaire. Mais les passerelles sont en réalité rarissimes et les personnes y passent souvent toute leur vie professionnelle.

> Regardez le reportage sur l'Esat Marville:

 

Crédit: Elsa Maudet.
 

Avec  , partenaire de la rubrique handicap.

 

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer