Rapport à François Hollande: les 45 mesures de Jacques Attali pour changer d’économie

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Le Président de la République lui avait demandé il y a an. Jacques Attali lui a rendu le 21 septembre des préconisations sur l’économie de demain. Média observateur des nouvelles solidarités depuis près de 5 ans, Youphil.com a participé à la rédaction de ce rapport.

Inventer l’économie post-crise, une économie de solutions, une économie positive. C’est l’objectif du rapport qui vient d’être rendu ce samedi 21 septembre par l’économiste Jacques Attali à François Hollande.

À l’origine, un objectif: transformer les contraintes écologiques et sociales en leviers pour "redresser notre pays avec la perspective d'un nouveau modèle de développement".

Deux groupes de travail: les dirigeants d’aujourd’hui, et ceux de demain

Pour le réaliser, l’ancien conseiller de François Mitterrand a mobilisé des consultants, mais aussi et surtout un groupe de réflexion auquel Youphil.com a participé, réunissant une trentaine de chefs d’entreprises (sociales ou non), représentants de la société civile, de différents ministères, d’instances internationales.

Parmi les personnalités de ce groupe de travail, Maurice Levy, PDG du groupe Publicis, Matthieu Ricard, moine bouddhiste et auteur, Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement, Clara Gaymard, présidente de GE France et vice-présidente de GE International, l’explorateur Jean-Louis Etienne ou encore le chercheur Paul Jorion. Un autre groupe, constitué de jeunes entrepreneurs notamment (Usbek et Rica, MakeSense, Spear, etc.) était également chargé d’émettre des propositions pour imaginer l’économie du futur.

Deux indicateurs pour évaluer notre économie

À l’arrivée, un rapport donc, qui plaide à travers 45 propositions concrètes pour un “capitalisme patient” et en appelle à la fin d’une vision court-termiste de l’économie. De nombreux chercheurs, dans le monde entier, s’intéressent en effet à la création de nouveaux indicateurs pour mesurer le niveau de développement d’un pays.

Jacques Attali préconise de son côté la mise en place de deux index de mesure du bonheur, “l’indicateur de positivité de l’économie” et le “Ease of doing positive economy”, l’indicateur de volonté d’un pays à aller vers une économie positive.

La spécificité de ces indicateurs sera de mesurer non pas l'impact économique d'un agent en tant que tel, mais les relations entre les entreprises, collectivités publiques, individus. Des critères objectifs (comme le PIB) et subjectifs (reproduction sociale au niveau du système éducatif par exemple) devraient être pris en compte.

Mettre fin à la "myopie actionnariale"

L’ancien conseiller de François Mitterrand propose ainsi une refonte de l’architecture fiscale française qui prendrait en compte les externalités positives et négatives des agents économiques, à savoir les conséquences provoquées par l'activité économique des entreprises, des organisations publiques, des individus.

L’économiste propose même d’inscrire la mission positive de l’entreprise dans le code civil et plaide pour un rééquilibrage des forces entre les parties prenantes, afin de mettre fin à la “myopie actionnariale”.

Il se positionne également en faveur d’un tribunal mondial de l’environnement et plaide pour la création d’un fonds mondial de l’économie positive, qui agirait comme un investisseur à long terme. 

Au-delà de la mise en place d’indicateurs et d’outils de mesure, l’enjeu est aussi de penser l’économie de demain en prenant en compte l’impact sur les générations futures. Dans “le groupe des jeunes” consulté par Jacques Attali, l’idée d’un conseil du long terme, prenant en compte les intérêts des générations futures, avait été évoquée. Elle est reprise dans le rapport présenté à François Hollande.

L’économiste insiste également sur la nécessité de mieux former les futurs citoyens à l’économie positive, une proposition qui avait été soutenue, entre autres, par Youphil.com.

François Hollande souhaite un débat national sur l'économie positive

[Mise à jour 21 septembre à 13h30] François Hollande a annoncé lors de la remise du rapport au Palais de l'Elysée que le travail pour préciser les deux indicateurs devait se poursuivre dans le cadre d'une réflexion menée par Jean Pisani-Ferry, Commissaire général en charge de la prospective (à droite sur la photo)

Le président de la République souhaite également la mise en place d'un grand débat participatif sur l'économie positive, et souhaite que la France porte une proposition en ce sens auprès de l'Union Européenne.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, devrait s'exprimer sur le rapport le 25 septembre à l'occasion du LH Forum, organisé au Havre par PlaNet Finance, l'ONG de microfinance dirigée par Jacques Attali.

> Voir le compte-rendu de la remise du rapport sur Storify et ci-dessous (par @NicolasLoubet):

 

> Téléchargez le rapport de Jacques Attali sur l'économie positive (pdf)

Photos.L'économiste Jacques Attali, auteur d'un rapport sur l'économie positive à destination de François Hollande. Crédit: Fondapol/FlickR
François Hollande discute avec les contributeurs du rapport de Jacques Attali, le 21 septembre au Palais de l'Elysée. Crédit: Elodie Vialle/Youphil.com.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer