Le travail des enfants au Népal

< > 1 / 9

140% des enfants de 5 à 14 ans travaillent

Jeune fille ouvrière se repose en attendant de reprendre son travail.

Le photoreportage de Luca Catalano Gonzaga, lauréat du prix du reportage humanitaire 2009 de l'ONG Care.

Au Népal, 40% des enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent. Pour un salaire de misère bien souvent. C'est leur réalité que le photographe italien Luca Catalano Gonzaga montre dans ce reportage.

L'ONG Care, qui lutte pour la protection des droits des enfants et contre le travail de ces derniers, a sélectionné ces photos dans le cadre du prix du reportage humanitaire qu'elle organise depuis 1994, en partenariat avec le festival international de photojournalisme Visa pour l'image de Perpignan.

Merci à l'ONG Care d'avoir accepté de fournir les photos et les légendes de ce photoreportage à Youphil.

>>Retrouvez notre dossier sur les droits des enfants<<

Email this pageEnvoyer à un ami2CommentairesImprimer
Commentaires

Chère Valérie,
Je vois dans votre commentaire que vous faîtes partis d'une association au Népal. Je suis étudiante en BTS et je souhaiterai, grace à une bourse étudiante, partir faire un reportage sur le travail des enfants à l'étranger. J'aimerai vivement rencontrer des membres d'associations, en vue d'acquerir quelques informations, ou conseils, et peut être une aide sur place. Merci de me tenir au courant si vous acceptez de m'aider dans mon projet, avec mon adresse mail: dadox.d@free.fr;
Merci encore,
Cordialement,
Ada.

Namaste,

Je tenais à adresser mes félicitations à Luca Catalano Gonzaga pour ses très poignants clichés. Je connais particulièrement ces briqueteries non loin de Kathmandu pour m'y être arrêtée et avoir rencontrer les gens qui travaillent là dans des conditions extêmes (surtout les enfants).
Je suis membre d'une association pour l'aide à l'enfance au Népal (il y en a beaucoup et heureusement).
Je me permets simplement de constater qu'un prix d'une valeur de 8000 euros est attribué, Luca Catalano Gonzaga le mérite mais je pense profondément que sans cette misère humaine aucun prix n'aurait été attribué et qu'il aurait été généreux de voir une rétribution de quelque manière qu'elle soit, pour ces personnes si démunies.
J'espère que vous aurez saisi la teneur de mon commentaire.
Encore bravo pour ces photos ou malgré tout on peut encore percevoir une belle lumière humaine.
Valérie