"Cuba sans Fidel", le docu d'Arte sur une société en transition

Email this pageEnvoyer à un ami2CommentairesImprimer

Le documentaire "I love democracy: Cuba sans Fidel" d'Arte nous entraîne à Cuba pour prendre le pouls de cette société en plein changement.

Réforme agraire en 2009, ouverture des petits commerces privés en 2011, ou suppression du fameux permiso de salida (permis de sortir), depuis le 14 janvier 2013.

Les réformes se multiplient et la société cubaine semble se réveiller tout doucement d'un long sommeil. Alors pour prendre la température de la démocratie à Cuba, les deux réalisateurs Léa Viktoria et Frédéric Vassort se sont immergés durant plusieurs semaines dans cette île des Caraïbes de onze millions d’habitants, un visa cinéma en poche, faute de pouvoir obtenir un visa journaliste. Évoquer le régime reste encore un tabou à Cuba.

> Regardez un extrait du documentaire "I Love Democracy: Cuba sans Fidel":

L’arrivée au pouvoir de Raul Castro en 2006, le jeune frère de Fidel Castro, a entraîné d’importants changements. Des réformes sociales donnant plus de poids au secteur privé notamment: les fonctionnaires représentent encore 85% de la population active à Cuba.

Mais en parallèle, les inégalités s'accroissent et se font de plus en plus persistantes. L’eau courante est encore un luxe pour une bonne partie de la population et l’économie vivote tant bien que mal: le salaire mensuel moyen d'un fonctionnaire cubain est de 19 dollars (environ 14 euros).

Au départ de Santiago de Cuba et en passant par la Havane, ce road movie sort des sentiers battus pour s'intéresser à ceux qui forment la société cubaine: aussi bien des jeunes qui n'osent pas évoquer la situation politique de leur pays, que des membres des comités de défense de la révolution, toujours prompts à dénoncer un voisin un peu trop loquace avec les étrangers.

À travers des images rares de la société cubaine et en mêlant archives et entretiens avec des exilés politiques, ce carnet de route de 90 minutes suit "la route de la Révolution” pour savoir si oui ou non, Cuba est bel et bien engagée dans la voie du changement.

> "I Love Democracy: Cuba san Fidel", un documentaire signé Doc en Stock, à voir le 15 janvier à 22h05 sur Arte.

Email this pageEnvoyer à un ami2CommentairesImprimer
Commentaires

C'est insupportable de voir ces deux journalistes tromper la confiance de cubains pour glaner quelques paroles ou gestes et les interpréter de façon malveillante. Ils veulent visiter un musée pour 'faire un reportage sur la révolution cubaine'. C'est dimanche. La guide fait visiter tout de même le musée aux deux journalistes qui sont venus de loin, c'est pour la révolution cubaine! Commentaire : "c'est son jour de repos, mais elle est obligée de travailler"!
Lorsque les images leur manquent pour faire leur démonstration établie à l'avance, lorsque ce n'est pas assez laid, ou assez sale, ou pas assez démonstratif, et ce n'est pas faute d'avoir cherché, pas de problème, ils vont chercher des videos sur Internet, et les insèrent dans le reportage, sans aucune vérification de source, de lieu, ni de contexte, ni de rien!! Il s'indignent qu'on exige d'eux une autorisation pour filmer dans les hôpitaux, alors qu'une telle autorisation est obligatoire en France, n'importe quel journaliste sait ça, on ne débarque pas partout avec une caméra dans un hôpital, fort heureusement. La pénurie de biens de consommations est relevée à chaque pas, mais l'embargo des Etats-Unis n'est pas mentionné.
La seule chose que démontre ce reportage, c'est la mauvaise foi de Daniel Leconte.

Mais c'est incroyable tout le foin qu'on fait autour de ce documentaire. Je suis en train de le regarder, il est complètement NUL! ça commence bien, ils ont des moyens faramineux, ne manquent de rien, font tout en voiture, avec des autorisations etc. Jusqu'à ce que POuf! ils quittent Cuba, parce qu'ils découvrent que -ohlala- c'est difficile de tourner un docu là bas. Ensuite ils meublent pendant 3/4 d'heures avec des itw menées par ce vieux beau de Daniel Leconte qui s'écoute parler et fait de l'oeil à la caméra... c chiant à regarder ça ne casse pas 3 pattes à un canard... Vous êtes partenaires? ou ignares?