Garages solidaires, la mécanique du cœur

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Une solution intelligente pour réparer sa voiture à moindre coût et en toute convivialité.

> Cette initiative figure dans notre dossier "Les 10 initiatives solidaires de 2012 à retenir"

Posséder une voiture est souvent indispensable pour décrocher un emploi. Alors quand Titine débloque, il n'y a pas seulement les roues qui grincent. De 1990 à 2010, le budget moyen de l'automobiliste est passé de 4717 euros à 5753 euros par an, soit une hausse de 22%, selon une étude de DrivePad, un site dédié aux propriétaires d'automobiles.

Cette augmentation pénalise les plus modestes et met en danger leur sécurité: en France, une voiture sur cinq roule avec un retard d’au moins quatre mois sur la date du passage au contrôle technique.

Dans ce contexte, il existe des garages où l'on peut venir effectuer soi-même des réparations sous l'égide d'un professionnel, moyennant le prix de la location de l'emplacement et du matériel.

Vous avez le choix entre les garages traditionnels, avec un volant de leur activité en libre-service (aussi appelés "selfgarages"), et les garages associatifs, financés pour la plupart grâce à des subventions. Il y aurait en France une bonne cinquantaine d'établissements de cette grande famille des "garages solidaires", selon l'annuaire en ligne selfgarage.

Un garage libre-service dans le Limousin

À Cosnac, dans le Limousin, l'ancien commercial Stéphane Jacquinod-Lacara a fondé le garage Réseau solidaire (RS) en mai 2011.

Outre un volet social, qui permet aux personnes dans le besoin de venir faire réparer leur voiture grâce à des financements du Conseil général, ce garage au fonctionnement traditionnel donne aussi la possibilité aux clients de venir effectuer leurs réparations eux-même. "Avec un peu de bonne volonté, on peut facilement entretenir une voiture. Il y a trop de véhicules qui finissent à la casse sans raison", déplore-t-il.

Si comme toute entreprise, le garage RS se doit d'être rentable, on y pratique néanmoins des tarifs raisonnables. Pour 25 euros de l'heure, il est possible de louer un emplacement et du matériel. Pratique, pour effectuer des petits travaux d'entretien qui peuvent coûter le double dans un garage classique, voire le triple chez un concessionnaire.

Sans connaissances techniques, il reste difficile au premier venu de s'aventurer dans certains circuits. "Avec de l'électronique de plus en plus sophistiquée, les fabriquants font en sorte que les gens ne réparent plus eux-mêmes leur voiture, pour qu'ils aillent directement chez les concessionnaires", fustige Stéphane Jacquinod-Lacara.

Le Garage moderne, pionnier de la mécanique solidaire 

À des centaines kilomètres de là, le Garage moderne fait figure de pionnier dans la mécanique solidaire. Installé dans un ancien atelier de construction mécanique dans le quartier Bacalan, au nord de Bordeaux, ce garage associatif et lieu culturel créé en 2000, tente de rendre la mécanique accessible à tous par le biais d'ateliers dédiés aux femmes ou aux habitants des quartiers populaires.

Avec une cotisation au tarif "Robin des bois", comprise entre 33 et 49 euros l'année, les adhérents peuvent bénéficier de prix attractifs pour venir réparer eux-mêmes leur véhicule, avec l'aide d'un mécanicien professionnel.

Comptez ainsi 27 euros pour une vidange, soit deux fois moins que dans un garage classique. En vingt ans d'existence, ce garage alternatif est ainsi devenu la courroie de transmission entre les pros et les novices, en brassant toutes sortes d'automobilistes. "Nous avons aussi bien des Jaguar que des 2CV", observe Maryline Chaumet, chargée du développement culturel. Avec 5400 adhérents, le garage moderne tourne en tout cas à plein régime et n'est pas prêt de ralentir.

Crédit photo: macieklew/Flickr

 

> Et vous, quelles sont vos solutions pour consommer autrement? Faites-nous part de vos idées!

> Suivez notre page spéciale consommation durable!

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer