En France, les écologistes attendent du concret

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Sceptiques sur la politique environnementale du gouvernement, les acteurs écologistes attendent de pied ferme la Conférence environnementale.

Au grand dam des écologistes, la question de l'environnement a été la grande absente de la campagne présidentielle. La Conférence environnementale promise par François Hollande, qui se déroule les 14 et 15 septembre, est donc plus qu'attendue. Tous les acteurs attendent des engagements forts du gouvernement.

Durant deux jours, membres du gouvernement, parlementaires, ONG, syndicats et patronnat se réunissent autour de la table pour aborder la transition énergétique, la biodiversité, la prévention des risques sanitaires et environnementaux et le financement de la transition écologique.

Alors que les déclarations du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg sur l'industrie nucléaire ont créé une certaine cacophonie à gauche. En particulier avec le parti écologiste (EELV) qui a deux ministres au sein du gouvernement.

> Engager une vraie transition écologique

La transition énergétique et plus largement la transition écologique est essentielle”, déclarait le secrétaire nationale de la CFDT Patrick Pierron, dans une tribune publiée sur le site du Nouvel Observateur.

La transition écologique vers une économie moins dépendante du pétrole est un chantier un peu délaissé par le gouvernement pour le moment. Les associations écologiques attendent donc du concret.

Une récente étude menée par le WWF France révèle d'ailleurs que la transition énergétique est une réelle préoccupation pour 24% des Français interrogés.

Pour 52% des Français, la santé et l'environnement sont les préoccupations principales (voir l'infographie en plus grand).

 

La question de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ne sera pas absente des débats. Pour les membres de l’association professionnelle des conseils en développement durable et RSE (ADD), cette conférence est enfin l’occasion de percevoir la RSE comme “un bon levier pour engager la transition écologique et sociale” de la France. 

> Une politique environnementale forte

La Conférence environnementale doit servir de ligne directrice à la politique environnementale du gouvernement Ayrault. Les ONG ne veulent plus revivre l’échec du Grenelle de l’environnement.

Interrogé par Le Monde, Nicolas Hulot estime que François Hollande doit "siffler la fin de la récréation" et que cette conférence doit être “un moment de vérité qui permettra de juger si le gouvernement a une ambition à la hauteur des enjeux écologiques qui sont aujourd'hui les nôtres.

> Ne pas oublier l'Europe

Pour beaucoup d'ONG, la France ne peut pas s'engager seule sur la voie de la transition énergétique et écologique. L'Europe doit aussi jouer son rôle. Des députés européens seront d'ailleurs présents aux tables rondes.

Le président de la République est donc très attendu sur le volet européen de la Conférence. Selon Nicolas Hulot, des mesures pour engager la mutation écologique doivent être prises en France, "mais aussi dans sa dimension européenne et internationale."

Eloi Laurent, économiste et conseiller scientifique à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estime d'ailleurs que l'enjeu de ces discussions est de ré-inventer l'Europe par l'écologie.

 

Crédit photo: www.fotoARION.ch/Flickr

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer