Objectifs du Millénaire: les entreprises mises à contribution

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Dix ans après leur proclamation par 189 pays, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) doivent être évalués en septembre prochain. Un bilan qui s'annonce mitigé.

Les Etats tiendront-ils leurs promesses pour réduire la pauvreté dans le monde? A première vue, pas vraiment. Une réunion des Nations Unies doit dresser un bilan du 20 au 22 septembre à New York.

Le but? Mettre un coup d’accélérateur et fixer les priorités afin d’atteindre les huit Objectifs Millénaire du Développement à l’horizon 2015.

Il s’agit pour le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon de rappeler aux 191 pays signataires leurs engagements. Sur ce point, l’intitulé de son rapport préparatoire est univoque: “Keeping the promise(Tenir ses promesses).

Une trentaine de ces pays seront invités à présenter leurs résultats. Mais tout le monde ne sera sans doute pas au rendez-vous en 2015, et en particulier … la France.

La France, mauvaise élève

Depuis 2006, l’aide publique au développement (APD) de la France aux secteurs publics et para-publics des pays en développement ne cesse de diminuer. Comme le détaillait, dans le cadre du Salon des Solidarités 2010*, Hubert de Milly, expert dans le suivi de l‘efficacité de l’APD à l’OCDE, elle a reculé en pourcentage du PIB (moins de 0,4 %du PIB français, contre 0,47% en 2006).

Sans oublier que l’aide aux pays les moins avancés (PMA) représente à peine un cinquième de l’aide. On est donc loin de l’engagement pris de 0,7% du PIB, comme l’a souligné Bénédicte Hermelin, vice-présidente de Coordination Sud.

En parallèle de l’APD, on voit se développer le soutien des secteurs privés des pays en développement. L’exemple des engagements réalisés par l’institution financière Proparco qui ont dépassé 1 milliard d’euros en 2009, augmentant de 42% entre 2008 et 2009, est encourageant.

Ces investissements s’avèrent rentables et durables: 30% des projets auraient contribué à la lutte contre le changement climatique. Il est urgent de financer une croissance qui n’oublie pas les plus démunis; c’est désormais le terrain de nombreuses innovations et expérimentations.

Les responsables RSE, Jiminy Cricket des entreprises

Les entreprises sont également mises à contribution dans la réalisation des OMD. Caty Forget, directrice du mécénat de Sanofi Aventis, a rappelé que le groupe affectait environ 40 millions d’euros à la poursuite de la mise en œuvre des programmes de santé et de solidarité dans le monde.Mais la bataille est loin d’être gagnée au sein des entreprises.

Sortes de Jiminy Cricket qui murmurent à l’oreille de leur patron, beaucoup de responsables RSE ou développement durable admettent que le succès de leur mission est étroitement dépendant de l’engagement personnel de leur dirigeant et de la ténacité des ONG avec lesquelles ils coopèrent.

Agir en ligne

Celles-ci seront d’ici septembre à l’origine de nombreuses initiatives, comme celle de la pétition en ligne de la coalition française de l’Action Mondiale Contre la Pauvreté (AMCP).

Les amateurs de cartes interactives peuvent suivre l’évolution des Objectifs du Millénaire sur le site élaboré par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) en collaboration avec Google et Cisco. Un moyen ludique et novateur de s'informer, mais aussi de mettre la pression sur les Etats pour les obliger à rendre des comptes.

Youphil.com était partenaire de l'événement.

A lire, sur le même sujet:

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer