Alltop

Alltop répertorie de nombreux articles sur l'entrepreneuriat social à travers le monde

19.01.2018 Loshes Chocolate Made in #Nigeria

From Techpoint:
In a bid to position Nigeria to benefit from this multi billion-dollar industry, Femi Oyedipe founded LoshesChocolate in 2015. LoshesChocolate produces chocolates from cocoa beans sourced from various locations in Nigeria. The company boasts of its premium quality chocolates handcrafted from a single source of cocoa to the finished products.
More here

19.01.2018 In #Kenya Pauline Cosmetics from Nelly Tuikong

Lily Kuo writing in Quartz:
When Nelly Tuikong, originally from western Kenya, was studying nursing in the United States, she had trouble finding makeup. Drug store brands carried at most two shades for darker skinned women like herself. Buying from the higher-end brands at department stores was also hit-and-miss. Even finding an eyebrow pencil was difficult. “The darkest brown pencil would be the color of my skin, which was too light for my eyebrows,” she says.
image via
On a visit home to Kenya, Tuikong had an epiphany. “If I was having a problem finding makeup for myself, what about an entire continent of people who look like me?” she says. She quit nursing and started her own business, Pauline Cosmetics, in 2013 which is now one of the few local makeup brands on the continent focusing specifically on cosmetics for African women. She travels to China where she sources the makeup, now sold in all of Kenya’s major cities and online. This year their slogan is #ColorsForOurColor.
More here

19.01.2018 "Ajegunle... With Love" - Linda Ikeji TV's New Show

From Linda Ikeji TV
Here's the first promo of another one of our never-before-seen kind of TV reality show, 'Ajegunle...With Love'. Imagine a reality show shot in Ajegunle following the lives of people who were born and brought up there. The drama, intrigue, poverty, hustle and grind is like something you've never seen before on TV. The show features Sunny Boy, a singer and hustler. Valiant, a barber and hustler. Jairo, a security guard and bar owner. Lucia, a footballer. And Harris, a graduate of LASU.
via Bella Naija

19.01.2018 #Blockchain for Trustless, Censorship-resistant Software Development from Ellcrys #nigeria


Ellcrys |el-kris| is a blockchain network that will allow anyone in the world start, join or contribute to open source software products and receive compensation for their contributions. Users will be able to create decentralized Git repositories that are censorship resistant, highly available and can be truly owned by multiple persons. Repositories can include all kinds of codes for different purposes such as web services, smart contracts, mobile apps libraries/packages, frameworks etc.

18.01.2018 Tourism's Effect on Bali: By the Numbers

Image: 

The small Indonesian island of Bali is a vacation hotspot for tourists from around the world--Trip Advisor lists Bali as the No. 1 vacation destination in the world. Because of its popularity, it’s one of the most financially secure parts of the country. But one of its beautiful attractions is threatening the island’s economy.

Mount Agung has erupted several times since November, spewing volcanic ash and gas onto the island, and threatening Bali’s primary income source--the tourism industry--as well as some of the island’s residents.

Here are some numbers that tell Bali's story:

4.2 million: Population of Bali

5 million: Tourists who visited Bali in 2016

40: Percent of tourists to Indonesia whose destination is Bali.

$932.259 billion: Indonesia’s total GDP

1.5: Percent of Indonesia’s GDP contributed by Bali.

83: The percent of Bali’s economy that depends on tourism-related business such as hotels and restaurants, services, transportation, and communications. Other areas of the economy depend on tourism, as well, like farmers and fisherman who supplement the food market, and many other Balinese people who work to preserve the local scenery and culture.

$18 million: Estimated money lost per day when the Denpasar International Airport is forced to close due to eruptions from Mount Agung.

150,000: Refugees forced to evacuate their homes in the wake of the volcano threat.

$22.54: Monthly income that defines Indonesia’s poverty line.

$25.27: Monthly per capita household expenditure of the poorest 20 percent in Bali. This means these households live on $25 per month on average - still higher than the poverty line for the rest of Indonesia.

83.4: The percent of Balinese who have access to safe water. Almost 70 percent have access to safe sanitation.

(Image taken from World Bank)

Despite the constant threat of Mount Agung, Bali is still significantly better off than most of Indonesia. The tourism industry ensures that only 5 percent of Bali’s population live below the poverty line, whereas in the remainder of the country, half of the population lives on less than $2 per day.

Articles You Might Like: 
Redefining the poverty line in Indonesia
Elections: Indonesia faces new economic era, same old problems
Keeping the magic alive: Tourism and economic development

18.01.2018 The Greene Space at WNYC and Echoing Green Present: Citizenship Now

The Greene Space at WNYC and Echoing Green bring together leaders in social entrepreneurship who are working on the ground to untangle complex problems, empower the communities around them, and create change now.

These interactive events include storytelling, conversation, and problem-solving featuring Echoing Green Fellows who are bringing solutions to pressing social and environmental issues facing U.S. communities right now. Host Jami Floyd of NPR’s “All Things Considered” will interview these experts in the fields of immigration, climate change, education, and civic engagement.

In New York? Check out the program listings below and get your tickets today.

Tuesday, Jan. 30: Civic Engagement

Join us as we hear from social entrepreneurs about how they’re creating greater civic engagement by connecting communities, amplifying voices, and creating change. Featuring Amanda Alexander '17, founder of the Detroit Justice Center; Rohit Malhotra '15, founder of the Center for Civic Innovation; and Darrell Scott '17, founder of PushBlack. Tickets →

Tuesday, Feb. 6: Education

Hear our panel of social entrepreneurs describe how they are trying to expand educational opportunities beyond the school building and into the communities that need them most. Featuring Yscaira Jimenez '14, founder of LaborX; Quardean Lewis-Allen '16, founder of Made in Brownsville; and James Monteiro '15, founder of Rentry Campus Program. Tickets →

Tuesday, Feb. 13: Climate Change

Social entrepreneurs in the climate space will discuss how they're working to make clean energy accessible and affordable to communities everywhere, create a workforce of sustainable ocean farmers, and mitigate the rising effects of climate change. Featuring Bren Smith '14, founder of GreenWave, and Steph Speirs '15, founder of Solstice. Tickets →

Tuesday, Feb. 20: Immigration

Our panel of social entrepreneurs will discuss how they are supporting and advocating for immigrant communities, even as the political debate on the issue intensifies. Featuring Becca Heller '10, founder of the International Refugee Assistance Project (IRAP); Reyna Montoya '17, founder of Aliento; and Robin Reineke '14, founder of Colibri Center. Tickets →

Change, Justice, Equity: The Optimism of Solutions Week

Twelve Echoing Green Fellows and WNYC Radio’s Jami Floyd, host of All Things Considered, discussed the intersection of race and tech, justice, healthcare, and employment. Go »

Race & Justice Within Criminal Justice

Echoing Green Fellows Gina Clayton, Glenn Martin, and Deanna Van Buren redefine justice at Solutions Week. Go »

Race & Pathways to Employment

Echoing Green Fellows Donnel Baird, Jordyn Lexton, and Jessamyn Rodriguez discuss how inequities in the U.S. block paths to employment. Go »

Entrepreneurship

This weekly live event series begins January 30, 2018. Tickets $10; All events begin 7 p.m. at The Greene Space, located at 44 Charlton Street.

Photo by Jerry Kiesewetter on Unsplash.

18.01.2018 Building a Startup Culture in #Nigeria

via Genesys Tech-Hub
In the words of Nnamdi Anika, MD, Genesys Tech-Hub, Enugu; "It's quite difficult developing an ecosystem in this part of the country but the greatest advantage we have at Genesys Tech Hub is that we have access to a huge pool of young talents which is helping us make a difference in the region."

In 2017, Genesys Tech Hub gave out $30,000 to 3 Start-ups and the plan is to increase to $100,000 in 2018 all in a bid to deepen tech revolution in Nigeria.

18.01.2018 Why financial inclusion for women matters: field trip to rural Rajasthan

A woman stands in her family farm in a village in Ajmer district, in the North Indian state of Rajasthan. Rang De has been providing low-cost livelihood loans to communities in the region over the past two years. PC: Ahinsa

The husband chose to answer all the questions we put to his wife, and he wasn’t alone. In house after house that we visited in this cluster of villages in and around Ajmer Tehsil, a few hours drive from Ajmer city in the North Indian state of Rajasthan, the men generally spoke, explained or interjected on behalf of the women.

We were visiting these villages in Ajmer to evaluate members of a community we had been providing low-cost credit to for the past two years. The borrowers, all of them women, were associated with the Rajasthan Mahila Kalyan Mandal Samstha (RMKM), an NGO that has been working for disability rights and livelihood generation in rural Rajasthan for the past 30 years.

The women had been provided funds to take up dairy farming to provide them with a livelihood, increase the household income and in the long run, we hoped, increased independence and empowerment.Yet, many of them were unaware of the details of their loans or the interest rates they were being charged. It was the men who did the answering.

Among the communities living in the Aradka, Bansda, Kanpura and Jilawada villages in the Ajmer and Srinagar tehsil, the landholding of the farmers averages three acres, with many families growing millets and pulses. Millets are a staple in the diet of the people in the region. So come harvest time, many families only sell part of the produce on the market, keeping the rest aside for personal consumption.

The produce that the families sell on the market fetch them anywhere between Rs 15,000–20,000 annually, barely enough for them to get by. In the absence of a substantial agricultural income, the men often migrate outside their villages in search of employment. The town of Kishangarh, the largest marble production and trading hub in Rajasthan, provides employment to many of the men in the villages, who earn an average of Rs 10,000 per month working in the marble trade.

In many the villages we visited in the Ajmer district of Rajasthan, dairy farming is an important and often the only viable source of livelihood for many women. PC: Ahinsa

​While the men migrate outside their villages, the rigid and pervasive patriarchy among the communities in rural Rajasthan prevents the women from working outside their homes or owning businesses.

Confined to domestic roles in the household and the farm, dairy farming is an important and often the only viable source of livelihood for many women.

In Ajmer, as in many other regions of Rajasthan, goats are used as a form of currency, either to barter for goods or exchanged for cash. The rearing of the “Sirohi breed” of goat — named after the district in Rajasthan where they are sourced and instantly recoginsable with the distinctive downward curve on their bank — was taken up by practically every household we visited.

Since it is the women staying at home who tend to the livestock, we assumed that the income derived from the sale of dairy products or other commodities accrues to the woman. To make this assumption, however, is to misunderstand the nature of income in rural communities in India.

In many of the households that we visit, the lines between individual and the household incomes are blurred. For instance, the income from the farm does not belong to the farmer alone, it feeds all the members of the household, who lend a hand in tending to the crops during the growing season.

The Sirohi breed of goat, recognisable by the distinctive downward curve on its back, is an important and valuable source of income for many households. PC: Ahinsa

The downside to this is that the contribution of labour made by women while tending the farm, looking after the livestock or taking care of the household often goes unacknowledged. In several instances during our visit, we came across women were unaware of how much money their labour earned; they didn’t know how much a litre of milk sold for in the market or how much money an adult goat fetched. The men of the household played the intermediary when it came to money.

While the women have a degree control over the household finances — the men typically hand over some money to run the household — she earns no income that she can call her own. Contrasted with the men who earn a daily or monthly income through other avenues such as the marble business when not engaged in farming and have decide how to spend the money, the women in the village have no such options.

Disturbingly, this lack of control over personal finances is being compounded by the presence of microfinance institutions (MFIs) in the region. Numerous households have already taken on significant debt with interest rates of 12–15 percent, some even buying household items with fixed monthly installments. Many women remain unaware of how much debt they have taken on.

The Self-Help Groups (SHGs) formed and run by RMKM are a saviour in many ways. With Rang De’s help, they reach out and provide low-cost loans to people who cannot borrow from MFIs. Sometimes, these loans are offered with interest rates as low as 10%.

But given the situation on the ground, conducting financial literacy classes for the women who are given the loans is an important — and necessary — step towards addressing some of the existing social and economic problems in the region.


Why financial inclusion for women matters: field trip to rural Rajasthan was originally published in Rang De on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

17.01.2018 A digital civil society framework

This post is an excerpt from Philanthropy and Digital Civil Society: Blueprint 2018, my ninth annual industry forecast. Read the entire Blueprint series and join the conversation on social media with #blueprint2018.


The language of the social economy helps us describe a diverse system of institutions and financial flows. The language of civil society helps us articulate the purpose of the social economy and its role in democratic systems. Digital civil society encompasses all the ways we voluntarily use private resources for public benefit in the digital age.

The hallmark feature of civil society in a democracy is its (at least, theoretical) independence from governments and markets. Civil society is meant to be a “third space” where we voluntarily come together on the proverbial (or literal) park bench to take action as private citizens for the public good. Our use of digital data and infrastructure blurs these distinctions and complicates these relationships for a simple reason: Most of “digital space” is owned or monitored by commercial firms and government.

Illustration by Ben Crothers


The conditions that support civil society’s independence have been weakening for a long time and for many reasons. Support for research from conflicted interests has tainted universities and nominally independent research centers for years. News organizations sustaining themselves via ad and subscription revenue are mostly a thing of the past. A small number of big donors have been shown to shape political campaigns, legislative and legal strategies, and the charitable nonprofit landscape. While crowdfunding and crowdsourcing get a lot of press attention, the other end of the scale is shaped by large concentrations of money from a few interests.

Today we must attempt to understand both the analog and digital relationships between these actors. We must examine how these relationships shift when organizations and individuals become dependent on digital tools, data, and infrastructure. These dependencies do much more than accelerate and expand the reach of individuals and organizations. They introduce new forms of activism such as hacking and raise new questions about authority and control between individuals and the companies that run the digital platforms.Most important, these dependencies bind traditionally independent civil society organizations and activities closely to marketplaces and governments in complex and problematic ways.

Our daily use of the most basic tools of the digital age, such as cellular phones, email, and networked printers, means that our activities are bounded by and reliant on the rules and tools of the companies that make the gadgets and wire the world. As we use these tools, our activities are also monitored by the governments that surveil the digital spaces in which our tools operate. Our actions in this space are shaped by the values of the companies that make the tools (even as the companies seek to deny this) and by the way we respond to being watched by both corporations and governments.

Illustration by Ben Crothers

These digital dependencies significantlychallenge civil society’s independence. This matters to how individuals and organizations work within the sector. And it matters to democracies that have long relied on the “immune response” provided by a diverse and fractious space where minority demands, rights, and ideas could thrive with some degree of independence.

It is no coincidence that experts see signs that the space for civil society is closing, that those monitoring Internet freedom see rising threats, and that those monitoring the health of democracies fear for the future. We can’t decouple these pieces. Efforts to “save democracy” will depend on understanding how digital technologies have changed the relationships between sectors. I discuss this in more depth in the section on digital dependencies.

16.01.2018 Why You Should Work for a Social Enterprise

Today, it’s becoming more and more apparent that we’re not content with commuting to a 9-5 job, mindlessly putting in the hours, and returning home only to do it all over again the next day. Instead, the case could be made that we’re looking for something more: making a positive impact on this world, one idea, trial, and pivot at a time. Recent studies show that 94 percent of Americans want to use their skills to benefit a cause–that’s 94 percent of people who know that they too can be changemakers.

Social entrepreneurship has been on the rise for the last half decade, with more and more consumers turning toward ethical brands, and more and more talent seeking to join a team that aims to make an impact. But what exactly is a social enterprise? Simply put, a social enterprise is a for-profit or nonprofit organization that uses innovation to improve human and environmental well-being. Whether you’re headed for a cap and gown or looking to make a career shift, consider these reasons why you should work for a social enterprise. My guess is you won’t be sorry!

You can work in an environment where innovation is the norm.

In my new book, Social Startup Success, I have an entire chapter dedicated to failure: what it is, what it isn’t, and why it’s not just inevitable, but crucial to the success of a social enterprise. Here’s the thing: some of the most successful social enterprises have reframed the way they think about failure. Failure is the learning curve. Failure is innovation at its finest. I think that’s one of the many perks of joining a social enterprise: the freedom to fail, take risks, and produce even more creative ideas until you land on one that’s truly transformation–one that can change lives.

You can find your ideal role.

So you’re just out of college, not exactly sure where to go next. Maybe you’ll dabble in marketing, or maybe project management. That’s the beauty of a social enterprise: many have small, hands-on teams that allow you to get your hands dirty in any and all places. With a small team, your role can often morph many times until you land in the perfect position. For those who want variety in their day-to-day lives, a social enterprise could be the perfect fit.

You can act like an owner.

Every successful founder will tell you they couldn’t possibly have made their idea work if it weren’t for the incredible work of their staff. Those same founders might also say that their success is in part due to something called “collective leadership,” where founders allow their team to take on a leadership position of their own. If you’ve ever craved an organizational culture that energizes you with a sense of purpose, trust, and appreciation, you may be looking for that of a social enterprise.

You can play a role in changing our tomorrow.

The great unknown is often thrilling, especially when it comes to a social enterprise. What if you could work in a position that allows you to create opportunities that don’t yet exist? Imagine being the driving force behind a future where sustainability and ethics are at the core of every business, or a world where no child went hungry. These are the opportunities presented by working for a social enterprise–every day is a new chance to change the world as we know it.

You Can’t Ignore the Facts

Recent studies have found that core to job satisfaction levels is the opportunity to make an impact, and with 60 percent of U.S. social enterprises being created in 2006 or later, and 29 percent created since 2011, there have never been more chances to join an organization that speaks to you. In the same study, two-thirds of the graduating university students said that making a difference in their next job was a priority, and 45 percent said they would accept a lower salary to do so.

With everything out on the table, I want to know, would you consider joining a social enterprise in 2018?

5 Pieces of Startup Advice from Social Entrepreneurs

Last month’s Echoing Green Summit brought together over 400 funders, academics, politicians Go »

3 Trends Among Early-Stage Social Enterprises

Identifying key trends affecting today's social entrepreneurs will help build out critical support. Go »

Social Enterprise Criteria for Echoing Green's Fellowships

Echoing Green Fellows think critically, are willing to take risks, and initiate change to take on the world’s most pressing social and environm Go »

Purpose

This guest post was authored by Kathleen Kelly Janus, a social entrepreneur, author, and lecturer at the Stanford Program on Social Entrepreneurship. Her new book, Social Startup Success: How the Best Nonprofits Launch, Scale Up and Make a Difference, is an essential playbook for how to make a difference.

Kathleen Kelly Janus

16.01.2018 Why White Hat SEO is The Only Way You Should Pursue Rankings

The following post is copyrighted by Return On Now - Austin Internet Marketing Consulting Services

Want to be at the top of the SERPs for your most important search keywords? Everyone wants to be on top of Google’s results. Why? Because you’ll get more traffic, and subsequently, more sales. How you get to the top also depends on the kind of SEO that you’re doing. Some don’t want to put…

The post Why White Hat SEO is The Only Way You Should Pursue Rankings appeared first on Return On Now.

16.01.2018 L’éducation, condition du développement en Haïti

Photo Credit: Susan Warner / CC Flickr

Haïti présente une double exceptionnalité : celle d’une révolution antiesclavagiste (1791-1804) dont les répercussions ont été considérables pour les indépendances latino-américaines et qui appelle encore de nos jours des réflexions dans le champ de la philosophie politique ; et celle d’un pays qui semble se reposer depuis deux siècles sur les lauriers de sa création et qui s’enfonce chaque jour un peu plus dans la pauvreté.

Lorsque l’on observe les indices de développement humain, Haïti côtoie dans le classement des pays en guerre comme l’Afghanistan ou la Somalie. Comme si le pays avait une difficulté particulière à sortir la tête de l’eau. Comme s’il ne pouvait survivre sans être en permanence sous perfusion de l’aide internationale. Malgré cette aide, de nombreux secteurs restent en jachère. C’est le cas de l’éducation.

 

Sortir d’une éducation à deux vitesses en Haïti

À Port-au-Prince, on ne trouve que deux librairies pour plus de trois millions d’habitants. Le taux d’analphabétisme en Haïti se maintient autour de 50 %. Pas de doute possible : le niveau de l’éducation formelle en Haïti est si bas qu’on peut difficilement parvenir à mettre le pays sur les rails du développement.

Mon propos n’est pas d’attirer l’attention sur les causes du sous-développement, sur lesquelles de nombreux chercheurs haïtiens et étrangers ne cessent de se pencher. Je voudrais seulement et très rapidement, sans rien nier de la complexité du cas haïtien, soutenir qu’un chemin existe pour le développement d’Haïti : il passe par la mise en place d’une éducation formelle de base identique pour tous les Haïtiens, pendant cinq ou six années scolaires utilisant les deux langues nationales (le créole et le français) reconnues par la Constitution de 1987.

Bien entendu, j’entends déjà dire qu’il s’agirait là d’une lapalissade. Mais ce n’est pas si certain. Les deux siècles de l’indépendance d’Haïti donnent à voir une inégalité foncière entre écoles urbaines et écoles rurales. Lors de l’occupation américaine en Haïti entre 1915 et 1934, le pouvoir a privilégié les écoles techniques et professionnelles laissant la grande masse de la population dans l’analphabétisme. Plus tard, afin de mieux asseoir sa dictature, le président Duvalier (président de la République d’Haïti de 1957 à 1971) fit son possible pour organiser le départ de professeurs, de médecins et de techniciens vers l’étranger, et surtout vers le Congo, pays  encouragé par l’ONU, via l’Unesco, fit venir des professeurs de l’étranger pour assurer l’instruction publique. Il faudra attendre 1979 et 1980, et ce qu’on appelle la « réforme Bernard », pour qu’Haïti sorte d’une école à deux vitesses et que soit mis en route le projet d’une même école pour tous les Haïtiens avec la possibilité d’utiliser les deux langues – le créole, langue maternelle de tous les Haïtiens, et le français, compris jusqu’alors par une minorité dans les villes grâce à l’accès aux écoles urbaines.

Depuis, des obstacles politiques n’ont cessé de se dresser empêchant le déploiement d’une scolarisation pour tous en Haïti. Des recherches et des expériences diverses ont été faites. Un plan national d’éducation et de formation professionnelle a été proposé en 1998 sur la base d’une mobilisation de tous les secteurs directement concernés par l’éducation. Mais il a été remis dans les tiroirs quelques mois après, de telle sorte que chaque nouveau ministre de l’éducation nationale croule toujours sous une avalanche de revendications sans savoir par où commencer.

L’échec de l’éducation en Haïti est une réalité et il est congruent à l’échec du développement. Les attentes de la population sont pourtant fortes : la prolifération, dans l’anarchie, d’écoles et d’universités privées dans la capitale et les villes de province démontre que la demande existe. Mais l’État ne suit pas. Seules 10 % des écoles sont publiques, triste record pour un État indépendant depuis plus de deux siècles. Dans le même temps, le secteur éducatif est gangrené par la corruption : l’école est une des sources assurées de business, les diplômes s’achètent, la médiocrité est à l’honneur, le redressement du système scolaire et universitaire sous le contrôle de l’État demeure une gageure.

 

Vers une mobilisation nationale de tous les secteurs pour l’éducation en Haïti

Le problème de l’éducation en Haïti prend ses racines dans le système social haïtien et dans la faible volonté politique. Il va donc falloir recourir à une mobilisation nationale de tous les acteurs socioculturels du pays : universités, syndicats, mouvements de femmes, associations culturelles, écrivains, artistes, partis politiques. Et ce, afin de réclamer à l’État un nouveau plan national d’éducation et de formation, axé sur l’utilisation des deux langues et sur une scolarité obligatoire pour tous les Haïtiens et dont le programme serait le même dans les écoles privées et publiques.

Quel est l’intérêt d’une telle mobilisation ? Quel avantage présente-elle pour le développement ? On pourrait fort bien me dire que mettre le paquet sur l’agriculture trop négligée dans le budget national, ou sur la création d’emplois industriels et la construction des infrastructures suffirait à attirer les investissements afin que le pays connaisse un décollage économique. Je répondrais : j’entends des projets de cette sorte depuis que le concept de développement a pignon sur rue depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. À la vérité, on est enclin à oublier que le développement dans les sociétés occidentales a partie liée avec le développement de l’éducation formelle qui met sur les rails d’une organisation rationnelle de tous les secteurs de la vie économique, culturelle et politique.

Il ne s’agit pas de faire de l’école une panacée qui ravit l’individu à un monde enchanté dans lequel des divinités contrôlent le destin de l’individu et de la collectivité. Cela supposerait en creux que je perçois la société haïtienne comme une société pré-moderne encore primitive, enlisée dans des représentations magico-religieuses du monde et insouciante de son développement : ce n’est pas cette perspective qui prévaut ici dans mon propos.

Mais l’éducation formelle ouverte à tous les Haïtiens de manière égale génèrerait plusieurs effets dynamiques, au niveau individuel et collectif. Elle permettrait tout d’abord de donner à chacun une chance de construire son avenir. L’éducation formelle créerait ensuite une masse critique d’Haïtiens se sentant appartenir à une même nation. C’est en effet l’école qui peut produire la nation, rendre l’individu sensible à une acceptation de règles communes et faire comprendre la nécessité de l’intérêt collectif. Comment la démocratisation de la société serait-elle possible en dehors d’une articulation des intérêts individuels aux intérêts collectifs ?

En Haïti, les élections présidentielles et législatives ont été jusqu’ici des occasions de manipulation et d’exploitation des masses de pauvres et d’analphabètes dépourvus d’informations critiques sur le pouvoir, l’économie du pays et l’évolution du monde. Jusqu’ici on remettait à un ministère la responsabilité de l’éducation nationale. Il faudrait plutôt que toutes les instances du gouvernement participent à l’objectif de scolarisation universelle et visent la progression du nombre d’Haïtiens intégrés dans le système éducatif.

 

L’exemple de la révolution tranquille du Québec

L’exemple du Québec d’hier présente quelques similitudes avec l’Haïti d’aujourd’hui. De 1875 à 1960, l’éducation au Québec était alors entre les mains du personnel religieux catholique : 50 % des jeunes quittaient l’école à 15 ans et 93 % n’avaient pas accès à l’université. Différentes commissions ont été mises en place au début des années 1960 sous l’impulsion du premier ministre québécois de l’éducation, Paul Gérin-Lajoie, promoteur d’une éducation non confessionnelle pour tous. Quelques réformes plus tard, une « révolution tranquille » avait eu lieu au Québec.

Mutatis mutandis, il est nécessaire de prendre le taureau par les cornes pour changer radicalement l’orientation du système éducatif en Haïti. C’est une nécessité et une possibilité concrète car partout où le développement s’est produit, en Europe de l’Ouest, dans les pays scandinaves, au Canada, mais aussi en République dominicaine, l’éducation formelle a été la première pierre. Il n’y a pas de raison que Haïti fasse exception.

L’État doit progressivement reprendre le contrôle de l’ensemble des écoles privées. Non en les interdisant, ce qui serait inadapté pour le moment, mais, le temps d’accroître le pourcentage d’écoles publiques, en imposant un programme et un nombre d’années obligatoires pour tous les Haïtiens. Un programme national d’instruction aux valeurs civiques est également du ressort de l’État. Tout cela est-il possible ? Oui, et s’il y a des difficultés, elles proviennent non pas d’un manque de ressources financières, mais bien d’un manque de volonté politique.

Mais encore faut-il ne pas sombrer dans le gaspillage, l’anarchie et l’improvisation, c’est-à-dire ne pas recommencer, ou plutôt qu’on ne pas continuer, à faire de l’éducation une source d’argent et de spéculation. Des pratiques d’évaluation permanente doivent être instaurées. La mise en place de cette nouvelle orientation de l’éducation en Haïti suppose également de créer les conditions d’une école de qualité et de multiplier les offres scolaires en milieu rural et de faciliter l’accès pour tous aux différentes branches de l’éducation (du secondaire à l’université). Ces conditions sont entre autres la formation permanente des enseignants et l’initiation continuelle aux nouveaux outils technologiques.

Mais l’État central ne peut se charger de tout et il faut que les municipalités soient parties prenantes de cette réforme scolaire comme dans d’autres pays où l’école est obligatoire. C’est au niveau municipal que se posera par exemple la question des moyens de transport qui permettent l’accès des élèves aux centres scolaires.

Le rapport entre éducation et développement ne se vérifie pas à court terme. L’école ouvre à un nouveau rapport au monde et à l’environnement, ainsi qu’à un nouveau rapport aux autres, entre sujets conscients d’être socialement liés. Si le développement est conçu comme processus d’humanisation, l’éducation y contribue assurément. Car l’école est censée promouvoir les valeurs civiques, et donc distiller l’idée de dignité de tout être humain et l’idée du droit à avoir des droits. Tout cela favorise in fine la revendication du développement et la qualité de membre actif du développement.

Cet article L’éducation, condition du développement en Haïti est apparu en premier sur Ideas for development.

15.01.2018 Wild Turkey by Day, Superhero by night!

I once dreamed of being a screenwriter all because I have a super active imagination. Here is an idea I came up with for a stop action animated short film. Maybe I'll do it on YouTube I don't know. Here is one scene of Frank W. (Wild) Turkey. Frank is a Wild Turkey who is tired of turkeys being slaughtered every year for Thanksgiving Day meals. He has decided to save all the turkeys who are too dumb to save themselves. With his band of animals who serve various roles, Frank has a showdown with his nemesis Farmer Dell. Check it out let me know what you think.

Frank W. (Wild) Turkey

Dialogue only Screenplay

SCENE: Farmer Dell (Antagonist) and Frank W. Turkey (Protagonist) square off in a cornfield at night. Farmer Dell hears a loud ruckus outside his living room window and grabs his shotgun and goes to investigate. He finds his nemesis, Frank W. Turkey, only Frank isn’t alone.

EXT. Cornfield outside of living room window – NIGHT

FARMER DELL:Who’s out there? I said, who’s out there? (A LIGHT SHINES IN FRONT OF FARMER DELL REVEALING HUNDREDS OF WILD TURKEYS. A LONE WILD TURKEY STEPS FORWARD.)

FRANK:Hello Farmer Dell…

FARMER DELL: Frank, is that you? I told you never to step foot on my land ever again!

FRANK:We have a score to settle. I’m going to ask you once and only once, let my Turkeys go!

FARMER DELL:Frank you’re crazy. I told you before, these Turkeys are made for eatin’. This is my livelihood, and you or no other wild, ugly black Turkey is gonna tell me what to do. Now get off my land before I blast ya’ off!

FRANK:Ahhh Farmer Dell, Farmer Dell. You have yet to learn. You see, shooting me would only expedite my plan. We’re going to leave your land, but understand, I won’t ask you again to let my Turkeys go. The next time we meet, it won’t be on such cordial terms. You have no right to enslave turkeys no more than I have a right to enslave you and your family.

FARMER DELL:Wait, is that a threat Frank? Are you threatening me and my family? With what? You gone peck us to death?

FRANK:I wouldn’t threaten you, actually Dell, a threat is too good for you. Instead I’m gone promise you this, our next get together won’t be so nice. It will be like a thief in the night, and you won’t know what hit you.

FARMER DELL: Oh yeah, like the time you stole that broken down mill wagon and tried to kidnap my Turkeys. That was so funny, me and Farmer Grey still talk and laugh about it. Frank when are you gone get it through your simple, little brainless head, that this is the cycle of life.

(This is just one scene from the Turkey Chronicles. Want to help me shoot this, and make The Turkey Chronicles a reality? Comment below or call me at 314-922-0106.)

12.01.2018 Social Impact Headlines: January 2018

Take a look at these headlines to put more social impact news on your radar, and join us to debate about, question, and share what’s new in social change.

This month's headlines include social impact news from TED, Forbes, and SSIR.

Meet the TED Fellows

TED | Jan. 10, 2018
Laura Dunn '15, founder of SurvJustice, and Kotchakorn Voraakhom '17, founder of Porous City Network, were selected to be 2018 TED Fellows.

This Social Entrepreneur Built An Organization To Serve The Youth Others Reject

Forbes | Jan. 9, 2018
Rob Gitin '97 launched At The Crossroads 20 years ago. Today, the organization serves about 1,200 of the 4,000 homeless youth in San Francisco, CA.

One Complex Problem, 3 Simple Strategies: What research reveals about gender and racial discrimination

Chicago Booth | Dec. 11, 2017
Chicago Booth's Rustandy Center for Social Sector Innovation surveyed and researched organizations, including Echoing Green, to identify starting points and strategies for tackling discrimination within selection processes.

How to run better events for social entrepreneurs

Pioneers Post | Dec. 11, 2017
Conveners.org is building community within the social entrepreneurship event space to increase diversity, environmental impact, and the measurable outcomes for social entrepreneurship convenings.

Cincinnati Startup Shows What Gentrification Looks Like When Locals Benefit

Forbes | Dec. 15, 2017
The team at MORTAR, co-founded by Derrick Braziel '17 and Allen Woods '17, are fostering entrepreneurship in underserved neighborhoods in downtown Cincinnati, OH.

How Made In Brownsville Is Tackling Youth Unemployment

Forbes | Dec. 15, 2017
Quardean Lewis-Allen '16, founder of Made in Brownsville, is linking young people with passions in architecture and design to the professionals in those careers who can help them succeed.

Premier Health contributes $400K to new grocery store in Dayton

Dayton Business Journal | Dec. 14, 2017
Gem City Market, a grocery store coordinated by the Greater Dayton Union Co-op Initiative, founded by Lela Klein '17, received a $400K grant from Premier Health. Gem City Market will provide new jobs and access to fresh food in Dayton, OH.

Halcyon Incubator Cohort 8: Spring 2018

Halcyon Incubator | Dec. 14, 2017
Ankit Agarwal '17, co-founder of Help Us Green, and Tony Weaver, Jr. '16, founder of Weird Enough Productions, were selected for Halcyon Incubator's eighth cohort.

Paid In Full

SSIR | Dec. 5, 2017
Dorian O. Burton and Brian C.B. Barnes, co-founders of TandemEd and 2016 Echoing Green Fellowship Finalists, propose a "paid in full" investment strategy, which "aims to dismantle the forces perpetuating poverty" through a holistic approach requiring partnerships between community, government, private, and philanthropic organizations.

Social Impact Headlines: November 2017

Digest of news we're reading at Echoing Green. Headlines include Fellows in NationSwell, Essence, The Washington Post. Go »

Social Impact Headlines: September 2017

Digest of news we're reading at Echoing Green. Headlines include Fellows in TIME, USA Today, and NPR. Go »

the Forefront
Quardean Lewis-Allen '16 founded Made in Brownsville, a creative agency that links young people with passions in architecture and design to the professionals in those careers who can help them succeed.

12.01.2018 La revue de presse du développement – Janvier 2018

La politique de développement durable en Chine

[TRIBUNE] Ce n’est pas pour sa politique verte qu’elle est la plus connue mais la Chine se préoccupe de plus en plus de la protection de l’environnement. Et ce pour plusieurs raisons : c’est entre autres un argument économique fort et les attentes de la population sont de plus en plus grandes.

« En Chine, comment la protection de l’environnement est devenue un instrument politique », The Conversation FR, 11 décembre 2017

Photo : ©Johannes Eisele - AFP-Getty Images

 

Aide au développement française

[TRIBUNE] Pour Olivier Lafourcade et Serge Michailof, la politique d’aide au développement de la France telle qu’annoncée dans la loi de finances n’est pas aussi ambitieuse que ce qu’Emmanuel Macron a annoncé. Ils critiquent notamment le faible montant des dons alloués aux pays les plus pauvres.

« Les pays les plus pauvres sont les grands oubliés de l’aide française au développement », Le Monde Afrique, 22 décembre 2017

Photo : ©Ludovic Marin-EPA

 

L’Afrique en 2017

[PANORAMA] 2017 s’achève sur l’élection de George Weah au Liberia, marquant le début de la transition démocratique. Cette note positive ne reflète pas les événements de l’année sur lesquels revient Le Monde : esclavage des migrants, népotisme, maintien des missions de l’ONU…

« Ce qu’il faut retenir de l’année 2017 en Afrique », Le Monde Afrique, 29 décembre 2017

Photo : ©AFP-Reuters

 

Aide au développement et Palestine

[DÉCRYPTAGE] L’Autorité palestinienne et les Palestiniens dépendent principalement de l’aide extérieure définie par les Accords d’Oslo de 1993 comme « un investissement pour la paix ». Des aides qui tendent à se réduire depuis quelques années et qui pourraient remettre en question l’équilibre de la région.

« À quoi sert l’aide internationale aux Palestiniens ? », RFI, 4 janvier 2018

Photo : ©Evan Vucci-AP

 

Établissement de la coopération UE/Cuba

[ARTICLE] À l’inverse de Washington, Bruxelles souhaite développer un véritable dialogue politique autour de la coopération avec La Havane. L’Union européenne, par la voix de Frederica Mogherini, poursuit le processus de normalisation des relations avec Cuba.

« À Cuba, l’Union européenne réaffirme sa diplomatie d’ouverture », La Croix, 3 janvier 2018

Photo : ©Alejandro Ernesto-EPA-EFE

 

Répondre aux clichés sur l’immigration

[INTERVIEW] Déplacer les frontières de contrôle des migrants africains hors de l’Europe n’est pas une idée nouvelle. La peur que les migrants déstabilisent les économies et les sociétés des pays où ils s’installent non plus. Retour sur des éléments d’études concrets avec Virginie Guiraudon, enseignante-chercheuse.

« Des faits pour déconstruire les idées reçues », The Conversation FR, 19 décembre 2017

Photo : ©John Macdougall-AFP

 

-

À propos de cette publication

Découvrez les « Actualités du développement », la nouvelle rubrique du blog iD4D. Nous l’alimenterons régulièrement à travers deux types de contenus : des focus thématiques - proposant un bref état des lieux sur un sujet d’actualité - et des revues de presse - présentant une sélection d’articles web, de réflexions et de décryptages. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ces nouveaux formats en écrivant à news@iD4D.afd.fr.

Cet article La revue de presse du développement – Janvier 2018 est apparu en premier sur Ideas for development.

09.01.2018 SEO 2018 Predictions and Trends

The following post is copyrighted by Return On Now - Austin Internet Marketing Consulting Services

Happy new year, dear readers! Although I’m a little later than I have been in the past couple of years with this post, the time has come to share my SEO 2018 predictions and trends to watch. It would be easy to dismiss the notion of a predictions post altogether, given the massive changes we…

The post SEO 2018 Predictions and Trends appeared first on Return On Now.

09.01.2018 Coordination de l’aide européenne dans les États fragiles : vers un rôle de facilitateur pour l’UE

© Didier Gentilhomme pour l’AFD. “Bidonville à proximité de la décharge Koshe Reppi."

D’ici 2030, deux tiers de la population mondiale la plus pauvre se trouveront dans des situations de conflit et de fragilité. Si nous voulons nous attaquer efficacement aux défis multidimensionnels (politiques, économiques, sociaux, environnementaux, sécuritaires) des États fragiles, il est indispensable que les donateurs européens se coordonnent. Les chercheurs, les décideurs politiques et les spécialistes dans ce domaine s’accordent tous à dire que dans le contexte d’États fragiles, la coordination de l’aide européenne est plus que nécessaire. Pourtant, lorsqu’il s’agit de savoir ce que l’Union européenne (UE) peut ou devrait faire, la confusion et l’ambiguïté règnent encore.

 

À lire aussi sur iD4D : Aide publique au développement en France : à la recherche du consensus national, de Henry de Cazotte, ancien directeur à l'AFD.

 

Facteurs clés pour la coordination de l’aide européenne dans les États fragiles

D’après nos recherches au Niger, en Palestine, en République démocratique du Congo et en Haïti, les cas les plus prometteurs sont les approches ascendantes au sein d’un petit groupe de quatre ou cinq agences représentant une masse critique en termes de budget et d’expertise. Elles conjuguent plusieurs formes de mise en œuvre conjointes, à la fois « douces » (analyses partagées, projets pilotes communs, missions et ateliers conjoints, coopération informelle) et « dures » (coopération déléguée, fonds communs, cofinancement).

Des efforts soutenus pour s’aligner sur le gouvernement partenaire, la flexibilité institutionnelle et le soutien politique apporté par les sièges des organisations sont les conditions préalables essentielles au succès. Dès lors, ces petits groupes de coopération peuvent engendrer une dynamique qui attire plus de donateurs et inspire d’autres secteurs.

 

L’UE sur la mauvaise voie ?

Les grands projets conçus par les institutions européennes n’ont pas tenu leur promesse d’amélioration de la coopération européenne. D’abord, la Programmation conjointe n’est pas la panacée que certains espéraient. Le processus n’en est qu’à sa phase expérimentale et générera, au mieux, des synergies entre les donateurs européens sur le long terme. La Programmation conjointe ne semble donner des résultats que lorsqu’elle s’appuie sur une collaboration préexistante entre des donateurs. Mais dans certains pays (notamment en RDC et au Niger), les personnes interrogées se demandent parfois si la délégation de l’UE ne pourrait pas d'avantage mettre la priorité sur la Programmation conjointe pour la faire avancer. Même en Palestine, où l’UE et certains observateurs ont évalué la Programmation conjointe comme relativement efficace, les professionnels attendent de constater par eux-mêmes les bénéfices escomptés. Entre temps, ils continuent à se battre au quotidien pour poursuivre le développement dans un environnement où les incitations à la coordination font largement défaut.

D’autre part, les fonds fiduciaires divers et variés ne jouent toujours pas le rôle espéré de tremplin à la coordination de l’aide européenne. Le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’UE, notamment, a fait l’objet de vives critiques sur le terrain pour son manque de transparence et d’appropriation. Par ailleurs, il fait obstacle aux programmes d’aide existants. Comme le souligne un expert au Niger, « le Fonds fiduciaire a encouragé la concurrence plutôt que la coordination entre les agences. » Les ONG de défense des droits de l’homme regrettent l’approche trop restrictive de l’UE vis-à-vis de la migration en Afrique. Ce qui rend le tableau encore plus sombre est que, même si les projets financés semblent prodéveloppement, ils finiront par échouer, car ils ne s’attaquent pas, voire même aggravent la fragmentation de l’aide. Le Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE risque donc de compromettre plus d’une décennie d’engagements des donateurs internationaux sur les principes d’efficacité de l’aide.

 

À lire aussi sur iD4D : Les fonds mondiaux : vers une aide au développement plus efficace ?, de Ray Kennedy, Conseiller stratégique et responsable de la gestion de la croissance chez Innovision Consulting.

 

Vers un rôle de facilitateur

Au lieu de cela, l’UE pourrait jouer un rôle de facilitateur modeste mais essentiel. Cela impliquerait principalement qu’elle encourage les facteurs qui facilitent la coordination de l’aide déjà instaurée entre de petits groupes d’agences, en fournissant des biens et services communs sans s’engager dans une (micro)gestion descendante.

On trouve des exemples embryonnaires de cette approche dans les pratiques de coordination les plus prometteuses, où l’UE encourage (in)directement la coopération entre de petits groupes de donateurs. Par exemple, l’UE soutient indirectement la coopération en matière de sécurité alimentaire au Niger entre les agences de développement luxembourgeoise (LuxDev), suisse (SDC) et danoise, partiellement financée par les banques de développement française (AFD) et allemande (KfW), à travers la conditionnalité du soutien budgétaire. En Palestine, l’UE facilite la coordination de l’aide européenne, notamment dans les domaines de l’enseignement et de la formation professionnelle : la Belgique, l’Irlande, la Finlande, la Norvège et l’Allemagne coordonnent leurs aides par le biais de la communication commune et de la coopération déléguée. Le Conseil des affaires étrangères a joué un rôle clé en fournissant un soutien politique pour la question sensible des investissements dans les infrastructures sociales de la zone C des territoires palestiniens, avec le Danemark, la France (AFD) et le Royaume-Uni. L’atelier de Kinshasa en 2015 et le groupe de travail sur la fragilité illustrent également le potentiel de l’UE en tant que facilitateur pour l’élaboration d’analyses conjointes entre les donateurs européens.

Mais ces exceptions restent limitées. S’agissant du rôle de facilitateur de l’UE, il y a des solutions à portée de main qui ne sont pas exploitées pour le moment. Il est intéressant de voir que, dans différents pays et contextes, les professionnels qui pilotent les initiatives de coordination ascendantes se désignent comme les trois ou quatre « mousquetaires » parce qu’ils appliquent la devise « Un pour tous et tous pour un ». La métaphore est pertinente : si vous voulez coopérer dans les États fragiles, vous devez vous faire confiance, être courageux et vous engager à travailler pour le bien commun. Toutefois, la coordination de l’aide européenne ne devrait pas dépendre de la présence (ou de l’absence) d’individus engagés et l’UE peut jouer un rôle pivot en facilitant les pratiques existantes.

 

Biens et services communs

Quels sont donc les biens et services communs que l’UE pourrait fournir en tant que facilitateur de la coordination de l’aide dans les États fragiles ? Premièrement, elle peut soutenir les études conjointes qui profitent aux pratiques de coordination existantes. En plus des analyses générales préparées à Bruxelles, les professionnels bénéficieraient d’autres études sur des sujets spécifiques (par exemple, la cartographie). Par ailleurs, compte tenu du grand nombre d’études et d’audits qui ne sont actuellement pas disponibles au public ou aux autres donateurs, il devrait y avoir un accès libre à la recherche financée par les fonds publics. Conformément à ses exigences en matière de politique de recherche (telles que celles de son programme-cadre Horizon 2020 pour la recherche et l’innovation), l’UE peut promouvoir une culture d’information ouverte.

En second lieu, l’UE peut faciliter la communication commune des programmes de coordination existants, même si elle n’y est pas impliquée elle-même, et renforcer ainsi la visibilité et le soutien public aux politiques de développement. Un exemple récent, et rare, est les vidéos communes promues par la représentation de l’UE en Palestine sur la coopération dans les secteurs de l’éducation et de l’eau.

 

À lire aussi sur iD4D : L’aide dans les zones de conflit : lever les barrières entre les secteurs de Sarah Beeching, Directrice générale d’Oshun Partnership.

 

Troisièmement, les missions conjointes organisées par l’UE et impliquant des experts sont rares et devraient être encouragées à différents stades du cycle du projet. Notre étude de cas sur le programme agricole, qui a démarré en Palestine par une mission commune des Pays-Bas et de la Suisse à Gaza, illustre à quel point ces missions favorisent l’apprentissage partagé et déclenchent de nouvelles coopérations au sein d’un petit groupe d’agences. Et les initiatives européennes en sortent renforcées.

Quatrièmement, les personnes interrogées reconnaissent que des progrès pourraient être faits en matière de partage de la logistique et des infrastructures. Dans aucun des pays étudiés, nous n’avons constaté de telles pratiques.

Cinquièmement, des formations communes contribueraient largement à l’échange d’informations, éviteraient les doubles emplois et favoriseraient les approches communes. L’information sur les formations communes organisées par les institutions européennes parvient rarement aux professionnels en dehors de la sphère bruxelloise. Les stages de formation à Bruxelles (par exemple, au Collège européen de sécurité et de défense) devraient être promus dans toute l’Europe et impliquer les professionnels. Sur le terrain, certaines des personnes interrogées rapportent qu’elles ont entendu parler par hasard des formations de l’UE sur des sujets tels que l’intégration des droits de l’homme. Par ailleurs, certains professionnels ne connaissaient pas les outils basiques de la coopération européenne tels que la Programmation conjointe, ce qui montre clairement qu’il faut plus de formation commune (participative).

 

Vers une nouvelle politique européenne de développement

Sur le plan conceptuel, la facilitation intègre les autres rôles de l’UE en matière de développement : le rôle de donateur (projet des années 1990, lorsque l’UE est devenue un donateur à part entière), le rôle d’harmonisateur (projet des années 2000, lorsque l’UE a décidé de privilégier la coordination de l’aide, plutôt que les dons) et le rôle de force politique (projet entrepris depuis 2010 pour améliorer la cohérence de la politique étrangère). Si le nouveau Consensus européen pour le développement aux allures d’inventaire à la Prévert n’a suscité que peu d’enthousiasme parmi les professionnels interrogés, le rôle de facilitateur semble offrir un scénario plus attrayant pour l’UE dans le domaine du développement au cours des prochaines décennies.

Un tel rôle de facilitateur est souhaitable, car il stimulerait les facteurs permettant une coordination de l’aide européenne réussie. Il est par ailleurs faisable, car il ne nécessite pas de mobiliser des budgets très importants ou d’élaborer des instruments de politique étrangère de haut niveau. Au lieu du long et difficile chemin menant de la Programmation conjointe à la mise en œuvre conjointe via l’adoption de stratégies communes, une approche ascendante centrée sur les initiatives de coordination déjà existantes pourrait constituer une voie plus prometteuse. L’UE ne serait pas moins puissante pour autant : elle renforcerait son action tout en réduisant les efforts déployés. Faciliter les coopérations de groupe, fonctionnelles et ascendantes, en vue de résoudre des problèmes d’action collective, était l’ambition des leaders européens dans les années 1950, une stratégie aujourd’hui en phase avec les plaidoyers pour une Europe à plusieurs vitesses dans le contexte post-Brexit.

 

 

Les opinions exprimées dans ce blog représentent uniquement les points de vue des auteurs. Elles sont fondées sur un rapport de recherche commandité par le réseau d’experts sur la coopération européenne au développement. Ce rapport, intitulé « Exploring the Potential for Improving the Existing European Coordination Mechanisms in Fragile States » (« Explorer le potentiel d’amélioration des mécanismes de coordination européens dans les États fragiles », Jan Orbie, Sarah Delputte, Yentyl Williams, Lies Steurs, Joren Verschaeve), comprend une étude de la documentation et des interviews réalisées dans les sièges des agences européennes (# 56) et sur le terrain (# 127). Vous pourrez trouver la synthèse de ce rapport ici ainsi qu’une vidéo expliquant les principaux résultats.

Cet article Coordination de l’aide européenne dans les États fragiles : vers un rôle de facilitateur pour l’UE est apparu en premier sur Ideas for development.

08.01.2018 Social Media Tips to Improve Brand Consistency

The following post is copyrighted by Return On Now - Austin Internet Marketing Consulting Services

Nowadays, marketing your brand on social media is a no-brainer. The potential is huge, as millions of your potential customers are logging onto social media portals on a daily basis. Top platforms like Instagram, Facebook, Twitter and Snapchat receive the majority of the social media traffic. Therefore, you need to ensure there is brand consistency…

The post Social Media Tips to Improve Brand Consistency appeared first on Return On Now.

05.01.2018 Un « monde en commun » : les avatars d’un concept encore en question

Un concept ancien  

On peut attribuer la paternité du concept de monde en commun aux stoïciens, à l’instar d’Epictète qui professait avoir « la terre entière comme patrie et aucun pays en particulier ».  L’émergence du concept de monde commun dans l’acception actuelle du terme est liée à la période des grandes découvertes et l’expansion du commerce international. La réalisation par l’équipage de Magellan au 16° siècle de la première circumnavigation change radicalement la vision de ses contemporains : le monde devient un espace fini. Au 17° siècle, Grotius jette les bases du droit international, notamment avec son ouvrage De la liberté des mers qui définit l’espace maritime comme non appropriable et ouvert à toutes les nations pour commercer. L’idée de la mer comme « commun » (au sens du terme introduit par Ostrom en 1990 dans Governing the Commons) est consubstantielle à l’idée d’un monde en commun. La multiplication des voyages de découverte entraine l’intensification des échanges commerciaux. Le commerce est un des thèmes majeurs des penseurs du 18° siècle qui, comme Turgot, Smith, Condorcet et d’autres, voient dans l’activité mercantile le meilleur moyen de conduire à la paix entre les nations. Le monde en commun est un monde en paix où les peuples circulent librement et commercent sans entrave. C’est Kant qui a poussé le plus loin la réflexion sur le concept du monde en commun, à la fois en tant qu’impératif moral – retrouvant ainsi l’inspiration des stoïciens – et en tant que moyen d’aboutir à la paix sur la planète. Kant, dans une série d’ouvrages (Projet de paix perpétuelle, Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique, Doctrine du droit…) précise sa vision d’un monde en commun régi par le droit. Le droit cosmopolitique kantien doit faire passer les peuples aussi bien que les individus de l’hostilité à l’hospitalité. Ce droit résulte de la « (…) possession commune de la surface de la Terre, dont la forme sphérique oblige les hommes à se supporter les uns à côté des autres, parce qu’ils ne sauraient s’y disperser à l’infini et qu’originairement l’un n’a pas plus de droits que l’autre à une contrée ». Kant condamne les démarches d’usurpation et d’accaparement des terres par les colons. Il réfute l’idée d’un super-État universel qui ne pourrait que déboucher sur le despotisme et milite pour un modèle de confédéralisme dans lequel les particularités de chaque nation peuvent s’épanouir.

Oppositions et vicissitudes 

Au lendemain de la Révolution française, un puissant mouvement de rejet des idéaux des Lumières et des droits de l’homme se développe en Europe à l’initiative de penseurs chrétiens comme Burke. Plus tard, Fichte, Herder, Hegel, parmi d’autres, feront déboucher ce mouvement d’idées sur le concept d’État-nation. Le nationalisme est une création du 19° siècle, ainsi d’ailleurs que le racisme comme idéologie et le colonialisme au sens moderne du terme. L’idée de monde en commun est évacuée, au profit de la force et de l’identité culturelle de l’État-nation. L’empire colonial est l’attribut de la puissance de ce dernier. Ce mouvement d’idées conduira finalement aux grandes guerres européennes. La Société des Nations (SDN), créée au lendemain de la Première Guerre mondiale et censée maintenir le monde en état de paix, renouant ainsi avec l’idéal kantien, aura la vie courte. La première chose que fera Hitler nommé chancelier en 1933 sera de faire quitter la SDN à l’Allemagne. Les nazis, et les penseurs qui les accompagnent, comme Schmitt et Heidegger, haïssent toute notion de cosmopolitisme au sens kantien et l’idée de monde en commun leur est odieuse. A l’issue du désastre de la Seconde Guerre mondiale et de l’holocauste, le système des Nations Unies est créé par les vainqueurs pour instituer une régulation mondiale, mais le monde entre dans la guerre froide. D’un côté le bloc communiste prône l’internationalisme léniniste, non démocratique et à l’opposé de l’idéal kantien ; de l’autre, l’intelligentsia du bloc de l’ouest, dans une longue série qui commence avec Horkheimer-Adorno et l’école de Francfort s’en prend à son tour à l’héritage des Lumières, présentées comme responsables avec la technique de l’ensemble des maux du 20° siècle.

Après cette longue éclipse, l’idée du monde en commun renait avec les travaux du Club de Rome de la décennie 70 et l’émergence des questions environnementales. Un acteur essentiel de cette renaissance est le philosophe Habermas, qui entreprend une refondation des Lumières, réinvestit les thèses kantiennes, notamment en interrogeant les rapports entre droit et globalisation ainsi que le sens de notions comme les droits humains ou le patrimoine commun de l’humanité.

Un futur encore en question 

Les experts de l’environnement considèrent à juste titre que les enjeux se posent à l’échelle de la planète et exigent des actions à cette même échelle. Mais ils donnent aussi souvent l’impression de considérer que l’avènement du concept du monde en commun est  pratiquement acquis puisqu’il s’impose du point de vue technique. Il se pourrait qu’un certain nombre de ces experts, vivants dans une bulle technocratique, négligent l’importance de mutations d’ordre sociopolitique au niveau mondial qui alarment beaucoup d’analystes. On assiste à une montée en puissance, outre du terrorisme, des ultranationalismes, des populismes radicaux, des communautarismes et des replis identitaires. Pour la plupart de ces mouvements, la notion de monde en commun (et la gestion coordonnée qu’elle sous-entend) est condamnable a priori en tant qu’instrument de la globalisation et de l’universalisme honnis. Dans le même temps, les économies mafieuses (qui ont leur vision particulière du bien commun…) et les trafics internationaux prospèrent. Le système des Nations-Unies est raillé et fragilisé y compris par des grandes puissances. La légitimité du « droit-de-l’hommisme » est mise en cause dans plusieurs continents. Parallèlement à cette crise des valeurs, on observe, au sein des pays les moins avancés comme les plus développés, la prolifération des fondamentalistes religieux, des nouveaux millénaristes, des sectes, des négationnistes, des adeptes des théories du complot… Ces acteurs disparates ont en commun le rejet de la science et de la rationalité, à leurs yeux suspectes voire nocives, et de considérer par conséquent les arguments de l’expertise environnementale irrecevables.

Le contexte défini par l’ensemble de ces phénomènes apparait au final modérément propice à l’avènement rapide du concept de monde en commun que la communauté du développement durable appelle de ses vœux. On peut arguer que ce concept s’imposera à la longue en vertu du principe de réalité et de la raison. C’est souhaitable, et vraisemblable, encore que l’histoire de l’humanité ne manque pas d’exemples où ni principe de réalité ni raison ne l’ont emporté. Quant à la question de savoir sur quelles valeurs communes pourra fonctionner ce monde en commun, elle reste singulièrement ouverte.

Cet article Un « monde en commun » : les avatars d’un concept encore en question est apparu en premier sur Ideas for development.

02.01.2018 Jamila Hassoune, the Librarian of Marrakesh, announces a new Book Caravan

Seated womanI've been privileged to meet so many awesome social entrepreneurs around the world, doing fabulous work without much recognition (and often, even less funding). Jamila Hassoune is one of those social entrepreneurs, and we share a love for books and the power of access to books. We've been in touch for almost fifteen years, and I met her in person in 2014 when I was attending the diplomatic conference that resulted in the Treaty of Marrakesh. She's known as the Librarian of Marrakesh, in recognition of her dedication to books and her role as Morocco's first woman bookseller.

She leads Book Caravans into Morocco's rural regions to share knowledge, books and history with students and women. She just sent me the announcement of her new Book Caravan:

The 13th book caravan

Under the theme: The valorization of our heritage is a responsibility of our present and our future.

Jamila Hassoune is pleased to announce the 13th Edition of the book caravan from April 16 to 20, 2018. This edition will take place in the region Draa-Tafilalet in the south-east of Morocco, whose main city is Errachidia. Tafilalet is historical region famous for the largest oasis in the world located in Erfoud. 
Its living heritage and earthen constructions are a particularity of the pre-Saharan architecture. It was formerly known as Sijilmassa which was a former capital of Tafilalet. The date of the first foundation of this city is still imprecise. Léon l’africain reported that the City might be traced back to the era of Alexander the Great or that it would have been founded by a Roman general. Re-founded in 757 on the Saharan caravan route between the Niger River and Tangiers -- time before Tiaret (761), before Fez (808)-- Sijilmassa seems to be the oldest Muslim foundation in the Maghreb. 
According to resources of the East, it was a real center of civilization at that time. Many books and writings have helped to describe this region. The books of the geographer and historian Al Bakri, the traveler Ibn Batuta, european explorers like Renè Caillé, Gerhard Rohlfs, Walter Harris, Meunié…ect are among the famous references that document this civilization. These writings deserve a great and profound reading to restore the value of this region. 
Related to this subject the book caravan is intended to organize a four days vibrant event of culture full of activities for middle and high school students in Errachidia and Erfoud. This event aims to offer a context of exchange between participants from different parts of the world and the local community.
If you have an interest in women's literacy and literacy in general, please learn more about my friend, the Librarian of Marrakesh!