Smartseille, vitrine de l’éco-quartier du futur

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Actuellement en construction, le nouvel éco-quartier de Marseille pourrait bien devenir un exemple pour le réaménagement durable des villes méditerranéennes

Marseille deviendra-t-elle une métropole emblématique du développement durable urbain au sein du bassin méditerranéen? C’est, en tout cas, ce qu’espère l’établissement public EuroMéditerranée en charge de l’aménagement et du développement économique du territoire. Il faut dire que son nouveau projet d’éco-quartier est plutôt ambitieux. Nommé Smartseille, pour la contraction entre smartcity et Marseille, le lieu en construction devrait être une démonstration de technologies.

C’est sur l’Ilot Allar, une parcelle en friche de 2,7 hectares située près du siège régional d’EDF que seront construits 400 logements de 30.000 mètres carrés à énergie positive, un hôtel de 90 chambres et 20.000 mètres carrés de bureaux et équipements publics. Piloté par l’entreprise de BTP Eiffage, en collaboration avec un ensemble d’entreprises (EDF, Orange, des PME) et d’associations, le projet est un concentré d’innovations et d’écoconstructions. Les immeubles seront donc conçus de manière à générer le minimum de déperdition énergétique. Mais, la particularité de Smartseille c’est aussi d’avoir été réfléchie en prenant compte de son environnement naturel. Les éléments extérieurs typiques au climat méditerranéen (soleil, vent et mer) ont donc été étudiés et intégrés aux plans d’élaboration. Ainsi, la forme des bâtiments a par exemple été adaptée en fonction de l’influence du vent.

De l’eau de mer pour se chauffer

Côté énergie, EDF (via sa filiale EDF optimal Solutions)  développe un système de thalassothermie. Une "boucle à eau de mer" qui consiste à puiser l’eau de la méditerranée pour réchauffer ou refroidir un réseau d’eau potable afin de délivrer de l’eau chaude, du chauffage et la climatisation dans les bâtiments. La thalassothermie permettrait de réduire les émissions de gaz à effets de serre des bâtiments de 70%. Une solution déjà testée à La Seyne-sur-mer, dans le Var, mais à moindre échelle. De plus, grâce à un principe de solidarité énergétique, la chaleur dégagée par un bâtiment pourra être transférée à un autre, des bureaux par exemple aux logements.

Smartseille, dont le premier immeuble est prévu pour avril 2016 et la livraison finale en 2018, s’inscrit plus largement dans le projet EcoCité de la ville. La date des opérations n’est pas encore connue, mais un autre îlot, appelé cette fois XXL, devrait voir le jour dans quelques années. Beaucoup plus grand, celui-ci s’étendra sur quatre hectares. EuroMéditerranée souhaite ainsi crée un effet d'entraînements, afin que Smartseille devienne un emblème  pour les territoires qui disposent des mêmes caractéristiques que la cité phocéenne.

Découvrez toutes les solutions d’EDF pour le climat. Elles ont été développées pour aider clients, particuliers, entreprises et collectivités locales à consommer mieux, moins, et à réduire leurs émissions de CO2

>  Lire l’article sur La Tribune

Avec le soutien de , partenaire de la rubrique De l'énergie pour tous.

 

Crédit photos: DR avec Onlinecasinocode.co.uk
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer