Surconsommation: nous avons épuisé nos ressources de l’année 2015

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Depuis le 13 août 2015, nous vivons à crédit! Ou, plus précisément, l’humanité tout entière vit sur ses réserves. Dans un communiqué diffusé le 12 août, l’ONG WWF Suisse indique que nous avons atteint le "jour de dépassement" ("world overshoot day" ou "earth overshoot day", en anglais).

Qu’est-ce que cela signifie? Qu’en l’espace de huit mois seulement, nous avons consommé l’intégralité des ressources et des services que la Terre est capable de renouveler en une année: les fruits et légumes, le bois, le coton, les minerais, etc. Passée cette date, "nous commençons à vivre au-dessus de nos moyens écologiques", résume l'ONG Global footprint network, qui calcule chaque année cette fameuse date butoir.

> Mieux comprendre ce qu'est le "jour de dépassement" (vidéo en anglais):

Surconsommation de nos ressources

Cette journée fatidique arrive, en moyenne, trois jours plus tôt que l'année précédente. "C’est au début des années 1970 que la population mondiale a, pour la première fois, consommé plus de ressources que ce que la planète était en mesure de produire dans le même temps. À l’époque, le 'world overshoot day' avait lieu en décembre", fait remarquer le WWF Suisse. En 2014, cette journée a eu lieu le 19 août, soit six jours plus tard que cette année. Tandis qu’en 2000, elle est survenue le 1er octobre.

Alors, à qui la faute? À nos modes de vie, basés sur la surconsommation des biens et des services, notamment du fait de l’obsolescence programmée. Pas besoin de chercher plus loin que le fond de nos tiroirs, dans lesquels finissent nos vieux téléphones passés de mode mais encore fonctionnels. L’ONG suisse a calculé, par exemple, que pour fabriquer un téléphone portable de 100 grammes "44 kilos de matières premières sont nécessaires".

Deux planètes d'ici 2030

En 2015, il faut ainsi 1,6 planète pour subvenir aux besoins de la population mondiale. "Si cette évolution se poursuit, nous aurons globalement besoin de deux planètes en 2030", estime le WWF Suisse.

Pour enrayer cette consommation effrénée, des solutions existent pourtant: promouvoir une économie circulaire, basée sur le recyclage, la réutilisation des biens et la lutte contre le gaspillage; adopter des régimes alimentaires moins riches en viande (la production de viande a un très fort impact sur nos ressources d'eau); ou encore amorcer la transition vers les énergies renouvelables.

Le futur sommet sur le climat COP21, qui aura lieu début décembre 2015 à Paris, sera une occasion, pour les 195 pays participants, de prendre des mesures fortes pour engager un réel changement.

 

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer