L'insécurité alimentaire recule dans le monde, mais…

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Près de 795 millions de personnes sont encore victimes de sous-alimentation, selon une étude de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Un cap symbolique a été franchi. Le nombre de personnes souffrant de faim dans le monde est passé sous la barre des 800 millions, pour atteindre 795 millions, selon le dernier rapport [pdf] de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), présenté le 27 mai 2015. Un chiffre encourageant, qui ne doit pas masquer les inquiétantes disparités régionales, notamment dans plusieurs pays d'Afrique.

L'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud à la traîne

Globalement, le nombre de personnes touchées par ce fléau a diminué de 167 millions au cours des dix dernières années, et de 216 millions si l'on se réfère à la période 1990-1992. "Dans certaines régions comme l’Amérique latine, l’Asie de l’Est et du Sud-Est, l’Asie centrale et le Caucase, ainsi que l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest, les progrès ont été rapides", précise les auteurs de ce rapport.

Sur 129 pays en développement suivis par la FAO pour réaliser cette étude, 72 ont vu l'insécurité alimentaire reculer de moitié et ont pu atteindre la cible "1C" des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Ces derniers prennent fin en 2015 et seront remplacés par les futurs Objectifs de développement durable (ODD).

Pour autant, nombreuses sont les régions du monde qui peinent encore à endiguer ce fléau. Parmi elles, l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud présentent des situations préoccupantes. "Dans [ces] deux régions […] la progression moyenne a été lente", explique les rapporteurs. Et de poursuivre que "dans de nombreux pays qui ont enregistré des progrès modestes, des facteurs tels que la guerre, les troubles civils et les mouvements de réfugiés ont souvent frustré les efforts qui étaient consentis pour réduire la faim, et ont parfois contribué à grossir les rangs des personnes sous-alimentées".

Au chaos provoqué par les conflits dans ces régions, il faut également ajouter le changement climatique, susceptible d'aggraver l'insécurité alimentaire. Comme l'indique Le Monde, 24 ONG ont d'ailleurs plaidé en faveur de la prise en compte de la sécurité alimentaire dans les futures négociations climatiques, le 26 mai 2015.

L'agriculture familiale, la clé pour enrayer la faim dans le monde?

Il n'y a pas de recette miracle pour améliorer la sécurité alimentaire. Mais les armes à notre disposition existent. La FAO mise ainsi, entre autres, sur "l'expansion de la protection sociale", sur une croissance économique "sans exclusion" et, surtout, sur l'augmentation des "revenus des petites exploitations familiales". L'agriculture familiale est en effet perçue comme l'une des clés pour enrayer la sous-alimentation. Cette pratique agricole produirait 70% de l’alimentation mondiale et emploierait 2,6 milliards de personnes, selon l’Agence française de développement (AFD).

En octobre 2014, une quinzaine d'organisations ont ainsi publié le "Baromètre de la faim 2014", dans lequel elles expliquent que la principale solution contre l'insécurité alimentaire reste le développement et la pérennisation de l’agriculture familiale.

En juin, mobilisez-vous pour Youphil.com et faites un don.

 

 

Crédit photo: Helen Strong/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer