Mondial de football au Qatar: ils détournent les logos des sponsors pour les inciter à se retirer

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Une enquête du Guardian, en 2013, a révélé des conditions de travail atroces pour les migrants qui travaillent sur les chantiers au Qatar.

Violation des droits de l’Homme, esclavage, insalubrité. Les conditions de travail des ouvriers migrants du Qatar, employés sur les chantiers des infrastructures du Mondial de football 2022, sont particulièrement atroces. Pour dénoncer ces pratiques et appeler les sponsors officiels à se retirer de la compétition, des internautes ont détourné les logos des grandes multinationales qui soutiennent l'événement.

C’est sur le réseau social Reddit, bien connu aux Etats-Unis, que ces détournements sont apparus. Les trois bandes de la marque Adidas supportées à bout de bras par trois silhouettes, la courbe de Coca-Cola transformée en poignets menottés, ou encore le "M" de McDonald's devenant deux fouets… Plusieurs marques ont ainsi attiré les foudres d'illustrateurs. Sous chacun des détournements, une légende reproche aux multinationales de fermer les yeux sur ce qui se passe sur les chantiers.

En septembre 2013, le quotidien britannique The Guardian a enquêté sur le sujet et révélé qu'au moins 44 ouvriers népalais sont décédés entre le 4 juin et le 8 août 2013. La plupart auraient été victimes d'attaques et d'insuffisances cardiaques sur leur lieu de travail. The Guardian s'est appuyé sur des documents fournis par l'ambassade du Népal à Doha (Qatar) pour mettre en lumière ces pratiques, qualifiées d'"esclavage moderne".

Très investie sur le sujet, l’ONG Amnesty international a dénoncé des cas de travail forcé ou de confiscation de passeports, en 2013. Malgré les promesses des autorités d’améliorer la situation de ces migrants, "aucune amélioration notable" n’a été relevée par Amnesty dans son récent rapport, intitulé "Promettre peu, faire moins" [pdf en anglais]. Selon ce même rapport, au moins 441 travailleurs népalais et indiens sont morts sur ces chantiers en 2014. En effet, un nombre important d'ouvriers viennent du Népal et d'Inde.

> Lire l’article sur le Huffingtonpost.com

 

Photo: Montage de différents logos retouchés. Crédit: DR.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer