Méditerranée: des centaines de migrants périssent dans un naufrage

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

[Mise à jour du 21 avril 2015: 800 personnes sont mortes dans le naufrage, selon l'UNHCR et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Italie. Les deux organisations ont confronté les témoignages des rares survivants pour dresser ce bilan.]

 

Le naufrage d’un bateau de migrants en Méditerranée, dans la nuit du 18 au 19 avril 2015, aurait fait jusqu'à 700 morts, selon le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (UNHCR). L’organisation onusienne s’est basée sur les témoignages de survivants qui ont fait état d’au moins 700 personnes à bord au moment du drame. D’autres rescapés ont quant à eux évoqué 950 personnes. Un bilan difficile à estimer, qui laisse d’ores et déjà craindre la pire tragédie de ce type en Méditerranée.

La chalutier aurait chaviré à 130 kilomètres des côtes libyennes, environ. L’accident serait survenu au moment où plusieurs personnes se seraient massées d’un même côté du bateau, le faisant chavirer sous leur poids. Une opération de secours a été mise en place: seules 28 personnes ont pu être secourues et 24 corps repêchés, selon le bilan provisoire officiel des gardes-côtes italiens et maltais, dans la matinée du 20 avril. Reste désormais aux autorités à recouper les différentes informations dont elles disposent pour établir un bilan précis.

Que fait l’Europe?

Ces drames sont malheureusement de plus en plus récurrents au large des côtes italiennes. En 2014, 219.000 réfugiés et migrants ont traversé la Méditerranée "et au moins 3500 d'entre eux ont perdu la vie", estime l'UNHCR. Le 12 avril dernier, près de 400 personnes sont mortes noyées dans le naufrage de leur embarcation, et 150 autres ont été secourues. En octobre 2013, des centaines de migrants étaient morts dans le chavirage de leur navire non loin de l’île italienne de Lampedusa. C'est d'ailleurs à la suite de cet événement que l’opération "Mare Nostrum", coordonnée par l’Italie, avait été lancée pour venir en aide aux migrants. Celle-ci a pris fin en novembre 2014, remplacée par l’opération "Triton": une mission de contrôle des frontières dans les eaux territoriales européennes, au large de l'Italie, confiée à Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières.

Les Etats européens sont régulièrement accusés de détourner le regard sur ce qui se passe en Méditerranée. Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, qui s'est exprimé dans Le Parisien, "l'Europe est coupable de non-assistance à personne en danger." L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a appelé à la mise en place d’urgence d’une "opération européenne de recherche et de sauvetage en Méditerranée". "Les politiques mises en œuvre par l’Union européenne sont en train de faire de la mer Méditerranée une véritable fosse commune", a déploré le président de MSF Italie, Loris De Filippi. Epaulée par l'ONG "Migrant offshore aid station" (MOAS)MSF lancera début mai 2015 "une opération commune de recherche, de sauvetage et d'aide médicale" dans cette zone.

Le 20 avril, en début d’après-midi, une réunion des ministres européens de l’Intérieur et des Affaires étrangères doit se tenir à Luxembourg, pour aborder cette épineuse question de l’intervention européenne.

Cet article vous a plu? Soutenez-nous en faisant un don!

 

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer