À quoi sert-il de communiquer sur les réseaux sociaux pour les ONG?

Email this pageEnvoyer à un ami1CommentairesImprimer

Comment communiquer sur les réseaux sociaux en tant qu'ONG? Comment ces outils sont-ils utilisés par les organisations? Et dans quels buts les internautes interagissent avec elles sur Facebook, Twitter ou encore Youtube? Trois questions parmi d’autres auxquelles l'étude* "Les ONG et les réseaux sociaux" (lien), publiée le 13 janvier 2015, apporte quelques éléments de réponse. Elle a été réalisée par l’institut de sondage Harris interactive et l’ONG Communication sans frontières (CSF).

Présence sur les réseaux: un enjeu important, pour une visibilité limitée

La Croix-Rouge, WWF, Reporters sans frontières, Amnesty international, la Fondation Abbé Pierre, Médecins sans frontières… Chacune de ses organisations possède au moins une page sur les réseaux sociaux. Et il serait facile de continuer cette liste. Ces derniers sont devenus des outils incontournables pour la communication des ONG et des associations.

En effet, quels meilleurs vecteurs que ces réseaux pour sensibiliser les citoyens aux causes qu’elles défendent, pour récolter des dons, voire recruter des volontaires? D'ailleurs, plus de six Français sur dix (62% exactement), "jugent qu’il est important voire indispensable pour les ONG d’être présentes sur les réseaux sociaux", d’après l’enquête. Près de 47% des internautes estiment que la présence des ONG sur les réseaux peut les inciter à se mobiliser, en partageant du contenu, par exemple.

Pour autant, point intéressant de cette étude, près de la moitié des internautes interrogés (48%) estiment que les ONG sont "difficiles à différencier" sur les réseaux et qu’elles "se ressemblent toutes".

Consulter les pages des ONG essentiellement pour s’informer

Au moins 21% des internautes français déclarent suivre les publications d’une ONG ou d'une association. Le profil de ces internautes est assez diversifié mais ce sont en majorité des femmes (52%) âgées de 35 ans ou plus (57%). Comme le note l'étude, il ne faut pas "sous-estimer le poids des seniors".

Pourquoi consultent-ils ces pages? Principalement pour s’informer. Ainsi, 64% des "visiteurs" des pages d’ONG ont visionné au moins une vidéo publiée par une organisation; et 61% ont consulté un compte sans y faire d'action particulière (partager, "liker", etc.).

 

*Etude menée sur Internet entre les 9 et 11 décembre 2014, portant sur un panel de 1015 internautes âgés d’au moins 15 ans.

 

Crédit photo: Romain De Oliveira.
Email this pageEnvoyer à un ami1CommentairesImprimer
Commentaires
ccalvo

Rien d'étonnant. Force est de constater que la plupart des ONG se contente de poster des messages sans chercher à établir des échanges avec les internautes.

Fédérer sa communauté, c'est à dire dialoguer, écouter les commentaires et les reformuler, créer et susciter des interactions, valoriser les commentaires les plus pertinents, mettre en perspective les critiques, tout cela ne se fait pas d'un simple clic.

Cela requiert selon nous des compétences numériques fortes en termes de communication. Les ONG doivent se doter de ressources humaines adéquates et d'experts.