Retour sur la campagne "Parlons Toilettes"

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

À l’occasion de la Journée mondiale des Toilettes, le 19 novembre dernier, le collectif Coalition Eau et le Secours islamique France ont lancé la campagne "Parlons Toilettes". Retour sur ce lancement.

Le 16 novembre 2014, des toilettes très accueillantes (magazines, tapis, panier…) sont installées sur le parvis du Centre Georges Pompidou, à Paris. Seul hic, elle la cabine est transparente. Œuvre d’art, performance artistique, happening pour l’exposition Marcel Duchamp? Les parisiens intrigués s’avancent vers les bénévoles pour tirer l’affaire au clair. "On passe d’une expérience comique à quelque chose d’horrible", raconte un passant dans ce micro-trottoir.

Une installation originale

Pendant quatre jours, plus d’un millier de personnes ont été invitées à s’asseoir dans ces toilettes sans intimité, et à imaginer ce que peuvent vivre les 2,5 milliards d'individus qui n’ont pas accès à des toilettes décentes dans le monde. "Nous sommes satisfaits de l’impact auprès du public parisien. Au début, les passants ne comprenaient pas bien le lien entre manque d’accès aux toilettes, maladies hydriques et mortalité. Grâce à ce dispositif accrocheur, les passants ont perçu tout l’enjeu du problème et ils ont été nombreux à relayer notre campagne sur les réseaux sociaux", souligne Kristel Malegue, coordinatrice de Coalition Eau. Mais cette mobilisation ne se réduit pas à une journée internationale: "Notre campagne s’inscrit dans la durée, avec pour point d’orgue la prochaine Journée mondiale de l’Eau [le 22 mars, NDLR]. Car sans assainissement, pas d’eau potable", insiste Kristel Malegue.

Un enjeu politique

Aujourd’hui, un milliard de personnes défèquent encore en plein air. Près de 2000 enfants meurent chaque jour de maladies diarrhéiques liées au manque d’hygiène et d’assainissement. Une femme sur trois s’expose aux maladies, à la honte, à des risques de harcèlement ou d’attaques, parce qu’elle n’a pas d’endroit sûr pour aller aux toilettes.

L’accès à des toilettes décentes est un véritable enjeu, qui a des répercussions non seulement sur la santé et la dignité humaine, mais aussi sur l’éducation, l’environnement et l’économie. Pourtant, les Etats tardent à agir: la question des toilettes reste un tabou.

C’est pourquoi, en parallèle de la campagne "Parlons Toilettes", a été lancée une pétition en ligne pour interpeller le gouvernement français et lui demander de faire de l’accès aux toilettes une priorité de sa politique de développement. "La France doit prendre ses responsabilités, en soutenant officiellement l’adoption d’un objectif de développement durable sur l’eau et l’assainissement pour l’après 2015 par les Nations Unies; et en octroyant 40 millions d’euros de subventions supplémentaires par an au secteur de l’eau et de l’assainissement, rappelle Michael Siegel du Secours islamique France. Pour cela, nous invitons chaque citoyen à signer notre pétition."

Un tabou à briser dans la durée

Si à l’occasion de la Journée mondiale des Toilettes, des actions ont eu lieu partout dans le monde, force est de constater que le sujet continue de provoquer gêne et moqueries. Tout l’enjeu est donc de continuer à sensibiliser, informer, interpeller sur cette question des toilettes, dans la durée.

Le site de la campagne "Parlons Toilettes" propose des contenus, des données et des solutions qui permettent de mieux appréhender la thématique et de changer notre regard sur les toilettes. Avec un objectif: que le monde s’intéresse aux toilettes au-delà d'une simple journée.

 

Crédit photo: Coalition Eau et Secours islamique France.
Ce contenu est sponsorisé.

 

"Parlons Toilettes", en partenariat avec Coalition Eau et le Secours islamique France.

 

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer