"Ice-bucket challenge": que va faire l'association avec tout cet argent?

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Plus de 71 millions d'euros de dons ont déjà été recueillis par l'association américaine de lutte contre la sclérose latérale amyotrophique.

À chaque jour son nouveau record. Le 27 août 2014, l'association américaine de lutte contre la sclérose latérale amyotrophique (ASLA), ou maladie de Charcot, a annoncé avoir récolté plus de 71 millions d'euros, depuis le 29 juillet, grâce au "ice-bucket challenge". Ce défi consiste à se verser un seau d'eau glacée sur la tête pour soutenir la lutte contre la maladie, et à défier trois autres personnes. La somme est considérable pour l'association, qui avait récolté "seulement" 18 millions d'euros durant toute l'année 2013.

> Mark Zuckerberg a été l'un des premiers à se prêter au jeu:

Avec ce déferlement de dons pour combattre une maladie méconnue, des organisations chargées d'évaluer la transparence des ONG américaines s'interrogent sur la capacité de l'association à absorber et gérer cet argent: "Pour l'ASLA, la meilleure utilisation de ces dons serait d'améliorer leur infrastructure et leur capacité à collecter des fonds toute l'année", analyse Steve Delfin, le président d'America's charities, fédération qui regroupe plusieurs associations. De plus, le site d'information The Huffington Post rappelle que "la maladie mène le plus souvent à la paralysie totale et à la mort en deux à cinq ans selon le diagnostic, et n'a pas de remède." Pour quoi donc peut être utilisé l'argent?

Dans une telle situation, la question de la transparence des ONG et de la répartition de l'argent entre frais de fonctionnement et investissements est régulièrement soulevée. De son côté, l'ASLA a indiqué, début août 2014, avoir subventionné au moins 21 laboratoires de recherches sur la maladie aux Etats-Unis, en France ou encore en Suisse, selon le magazine Fortune.

Si l'ASLA ne cesse de voir affluer les dons, ce n'est pas le cas d'autres organisations qui luttent, elles aussi, contre la maladie de Charcot. En France par exemple, l'association ARSLA a indiqué que les dons reçus ont été multipliés par quatre en une semaine, mais précise qu'il est "trop tôt pour parler de vague". Pour d'autres, il n'y a même pas eu de vaguelette: "On a reçu 200 euros à tout casser la semaine dernière. En gros, on parle de 10 à 20 personnes qui ont donné 20 euros chacune", explique le président de l'association les Papillons de Charcot, interrogé par Europe 1.

Cette campagne virale donne des idées à d'autres organisations qui cherchent à imaginer leurs propres campagnes virales pour alerter sur leur cause. En attendant, l'acteur américain Matt Damon, cofondateur de l'ONG Water.org qui se bat pour l'accès à l'eau des populations les plus pauvres, a rappelé en réalisant ce défi l'importance de cet enjeu:

 

Crédit photo: Anthony Quintano/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer