Le poids du financement participatif en France

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Au premier semestre 2014, les plateformes de crowdfunding ont récolté deux fois plus d'argent qu'au premier semestre 2013, soit 66 millions d’euros, selon l'association Financement participatif France.

Vous voulez financer votre tour du monde des entrepreneurs sociaux, le nouvel album de votre groupe ou votre start-up? Qu'elles soient solidaires ou non, les plateformes de financement participatif, crowdfunding en anglais, vous permettent de le faire, sans passer par une banque ou vous endetter auprès de vos proches. Le gouvernement tente d'encadrer ce secteur qui a fait l'objet d'un décret en mai 2014, et de le développer grâce au site Tousnosprojets.fr. Ce service de Bpifrance veut rassembler tous les projets de ces plateformes. Une sorte de guichet unique, en somme.

Pour aller plus loin, l'association Financement participatif France (FPF), créée en août 2012, et l'agence Compinnov ont publié un baromètre pour mieux comprendre ce que représente le crowdfunding. Pour cela, elle a récolté les données de 37 plateformes françaises. En voici les grands enseignements. 

Trois formes de financement participatif: le don, le prêt, l'investissement

Pour obtenir des financements, le porteur de projet peut faire appel à la générosité des internautes. Parmi les sites les plus importants, MyMajorCompany.com, KissKissBankBank.com ou Ulule.fr. Les dons collectés peuvent faire l'objet d'une contrepartie (t-shirt à l'effigie du projet, échantillons, remerciements officiels, etc.), mais pas nécessairement.

On peut aussi financer son projet à l'aide de prêts participatifs, avec ou sans intérêts. Les particuliers remplacent ou complètent ainsi le rôle des banques, comme sur HelloMerci ou Blue Bees. Les acteurs du microcrédit pour les pays en développement se sont emparés de cet outil, à l'image de MicroWorld.org (plateforme de l'ONG Planète Finance) ou Babyloan, qui a elle-même obtenu des nouveaux financements sur Anaxago.com, un site permettant d'investir dans des start-up.

C'est la troisième forme de financement participatif: le capital-investissement. Des sites comme Lumo-France.com, Sowefund.com ou BulbInTown.com qui propose un choix entre investissement et don avec contrepartie. 

66 millions d'euros ont été collectés au premier semestre 2014

C'est deux fois plus qu'au premier semestre 2013. Découvrez les détails de ces fonds dans l'extrait du baromètre ci-dessous:

Un million de Français ont déjà soutenu un projet sur une plateforme de crowdfunding

Selon l'étude, environ un million de Français aurait donné, prêté ou investi de l'argent dans un projet sur une plateforme participative, depuis 2008. Lors du premier semestre 2014 seul, 349.000 personnes ont contribué (contre 204 000 au premier semestre 2013). Les plus nombreux avaient entre 35 et 49 ans. Ces derniers ont préféré l'investissement dans le capital d'entreprises, alors que les plus jeunes (18-24 ans) et les plus âgés (plus de 65 ans) ont préféré le soutien aux projets sous forme de dons. 

Il existe au moins 80 plateformes en France

Seules 37 plateformes de crowdfunding ont répondu à l'étude. Le baromètre évalue à 3,8 millions d'euros l'argent collecté par celles qui n'ont pas participé (chiffre intégré dans le total de 66 millions d'euros collectés). Il existerait au moins 80 plateformes, selon l'agence Compinnov, qui reconnaît que la liste n'est sûrement pas exhaustive. En effet, il n'y a pas de liste officielle, même si le site TousMesProjets.com tend à rassembler toutes ces structures. 

 

Pour aller plus loin, retrouvez notre dossier spécial "Mieux comprendre le crowdfunding".

 

 

Crédit photo: fsecart/flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer