"Tourisme solidaire", gare aux arnaques!

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Le tourisme est responsable de 4% à 6% des émissions de gaz à effet de serre. Alors, comment préparer nos vacances d’été… tout en pensant à la planète?

Envie de vous rendre utile cet été? Pensez au volontariat. Le principe: vous partez pendant une courte période, sur un chantier par exemple, pour nettoyer une plage, faire de l’animation pour des enfants dans les pays en développement.

Si vous êtes comptable, ingénieur, enseignant, vous pouvez aider des populations qui manquent de ressources… Mais attention aux déconvenues! Verser 2500 euros pour aller construire un puit au fin fond de l’Afrique du Sud, ce n’est pas possible pour tout le monde. Et c’est clairement une arnaque.

La solidarité, un business comme un autre

C'est l'éternelle loi de l'offre et de la demande. De plus en plus de Français ont envie de passer des vacances utiles, de faire une mission solidaire. Ce qui donne lieu à certaines dérives, comme le tourisme de la pauvreté, ou les Favela Tour au Brésil.

Inutile de dire que l'impact sur les populations locales peut être négatif. Par ailleurs, de nombreuses organisations ne sont pas fiables, et proposent des actions souvent cosmétiques. Youphil.com a par exemple interrogé une ancienne volontaire… chargée de recenser les singes au Bénin. Un séjour inutile, qui lui avait coûté très cher!

Comme un parfum de néocolonialisme

Il subsiste clairement des relents de néocolonialisme dans certaines organisations, comme si un touriste européen sans compétence dans l’enseignement était tout de même capable de donner des cours à des petits enfants africains.

Demandez-vous plutôt ce que vous voulez vraiment faire de vos vacances: le volontariat est un engagement réel, et il y a quand même, heureusement, des organisations sérieuses qui proposent des missions intéressantes, comme France Volontaires.

Demain, tous touristes reponsables?

Mais si vous avez plutôt envie de vous détendre cet été, tout en alliant l’utile à l’agréable, vous pouvez aussi vous tourner vers le tourisme responsable, c'est-à-dire le tourisme qui prend en compte son impact social et environnemental, comme le tourisme d’aventure.

La plupart du temps, une partie du prix que vous versez pour le séjour est redistribuée à des projets pour la communauté locale. L’ATES, l’association pour un tourisme responsable et solidaire, propose par exemple des activités comme des randonnées, circuits, immersions dans des familles, un peu partout dans le monde et notamment dans des pays en développement. En France, la rédaction de Youphil.com a eu un vrai coup de coeur pour l’ancien carmel de Condom, dans le Gers.

Une partie des salariés du Carmel de Condom sont d'anciens détenus.
Photo : Julie Schneider pour Youphil.com.

 

Ce lieu, déserté par les religieuses il y a quelques années, est depuis investi par les touristes et des pélerins. Ce sont des salariés en insertion qui gèrent le lieu. Le prix: 35 euros la nuit en demi-pension.

Pour Guillaume Cromer, qui organise la journée mondiale du tourisme responsable, le tourisme solidaire est avant tout un tourisme local, comme il nous l'expliquait il y a quelques années (mais c'est toujours d'actualité!):

 

Comment savoir si la destination que vous avez choisie cet été est "responsable"? Il existe des labels. Vous pouvez par exemple regarder si votre hôtel ou votre camping possède l’éco-label européen, qui prend notamment en compte des critères environnementaux, ou le Label Green Globe, qui s’intéresse aussi à l’impact social. Vous trouverez également plus d'informations sur le site de l'AFNOR.

Le site Trip Advisor vient par ailleurs de lancer en France un programme, “Ecoleaders”, déjà testé aux Etats-Unis. L’internaute aura la possibilité de sélectionner un hôtel un peu plus écolo. Un premier pas vers des vacances plus solidaires.

 

> Et vous, quels sont vos bons plans pour des vacances plus solidaires? Dites-le nous: contact@youphil.com.

 

> Retrouvez cette chronique sur France Inter, et écoutez "Ça va mieux en le faisant", tous les dimanches à 6h20, dans le 5/7 du week-end de Dorothée Barba.

 

Découvrez aussi notre dossier sur le tourisme solidaire. 

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer