Manuel Valls annonce une coupe de 11 milliards d’euros dans la protection sociale

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Dix-huit milliards d’euros de coupes dans les dépenses de l’Etat, onze milliards sur les collectivités locales, dix milliards sur l’assurance maladie, et enfin, onze milliards sur la protection sociale: le Premier ministre Manuel Valls a annoncé après le Conseil des ministres du 16 avril 2014, les grandes lignes des 50 milliards d’euros d'économies sur les dépenses publiques. Elles visent à réduire le déficit budgétaire de la France et financer le Pacte de responsabilité dont l’objectif est d’encourager l’emploi par des baisses de charges patronales.

Gel des prestations sociales

Les dépenses sociales ne seront donc pas épargnées. Les prestations sociales comme les pensions de retraite seront gelées jusqu’en octobre 2015. Mais pas les minimas sociaux (ASS, AAH, minimum vieillesse, RSA) qui seront comme prévu revalorisées par rapport à l’inflation, promet le Premier ministre.

Hausse du RSA repoussée

Un renoncement qui confirme les inquiétudes sur la poursuite des objectifs du plan de lutte contre la pauvreté du 21 janvier 2013: Manuel Valls repousse d’un an la hausse (en plus de l'indexation sur l'inflation) du RSA, du complément familial et de l’allocation de soutien familial. La revalorisation du RSA-socle de 10% d’ici 2017 était l’une des mesures phares de ce plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté. Cette hausse devait être associée à une réforme du RSA-activité avec une éventuelle fusion avec la Prime pour l’emploi, ces deux dispositifs étant jugés inefficaces. Mais cette réforme a, elle aussi, été repoussée, sans nouvelle échéance.

> Regarder l'allocution du Premier ministre, le 16 avril 2014:

 

Pour en savoir plus sur le plan de lutte contre la pauvreté, retrouvez notre dossier spécial.

 

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer