Emploi: trop de monde dans le développement durable? Pensez à l'ESS!

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Développement durable ou ESS: quel est le plus porteur? Réponse avec Jean-Philippe Teboul, directeur associé du cabinet de recrutement Orientation durable.

Alors que le taux de chômage en France dépasse les 10%, les regards se tournent vers les secteurs qui recrutent. Pour Jean-Philippe Teboul, directeur associé du cabinet de recrutement Orientation durable, hormis quelques niches, le développement durable n'est pas un secteur d'avenir en matière d'emplois de spécialistes, sur le long terme. À l'inverse, l'ESS constitue une sécurité.

Youphil.com: Pour chaque proposition de poste que votre cabinet propose dans le développement durable, entre 800 et 1200 candidats se présentent. Comment expliquez-vous ce décalage entre l’offre et la demande?

Jean-Philippe Teboul: Il y a eu un effet de mode sur le développement durable (DD) pendant plusieurs années, avec une vague de masters notamment. On a confondu l'importance du traitement médiatique et le nombre de postes. Les candidats sont de plus en plus nombreux, mais il y a très peu de nouveaux emplois créés. Il s’agit bien plus d’une évolution de postes classiques déjà existants qui intègrent le DD.

Toutes les personnes qui viennent nous voir se présentent comme généralistes du développement durable, mais personne ne veut de généralistes! Les entreprises cherchent de plus en plus des spécialistes: un juriste qui a intégré un enjeu sociétal ou un commercial qui s’est spécialisé dans le DD, par exemple.

Alors le développement durable n’est plus une filière d’avenir?

Le développement durable n'a jamais été un gros employeur! Les chiffres sont impressionnants dans les domaines de l’efficacité énergétique, des énergies renouvelables et de l’audit environnemental. Mais en ce qui concerne l’investissement socialement responsable (ISR), la responsabilité sociale des entreprises (RSE) ou le marketing environnemental, nous n’avons jamais été dans une situation de gisement d'emplois.

À lire aussi: "Développement durable: quels sont les métiers de demain?"

L’économie sociale et solidaire (ESS) est-elle un secteur plus prometteur? Quels sont les profils recherchés?

Ce que tous nos clients de l’ESS recherchent ce sont des cadres dirigeants, qu’ils ont beaucoup de mal à trouver. Ils veulent des personnes avec des compétences transversales qui comprennent les questions de l’ESS.

Du côté des candidats, nous avons beaucoup d’anticapitalistes ou de professionnels qui rejettent les indicateurs chiffrés de résultats, alors que les employeurs attendent quelqu’un qui sache arbitrer entre l’économie et le social. Ils veulent, par exemple, des personnes avec de l’expérience dans le privé, mais qui ont aussi déjà travaillé pour une association.

Est-ce que l’ESS est un secteur prometteur? Je ne sais pas. L’efficacité énergétique est une filière avec des recrutements en hausse et beaucoup de startups, qui ne seront peut-être plus là dans 15 ans. L’ESS, par contre, c’est la sécurité. Ce sera toujours là dans 15 ans. Le nombre d’offres d’emploi n’a pas de raison d’augmenter mais n’a pas de raison de diminuer non plus.

> Consultez le baromètre d'Orientation durable [pdf].

Cet article a été mis à jour le 11 mars 2014.
 
Crédit photo: Victor1558/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer