Trois solutions pour mieux consommer grâce aux circuits courts

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

À l'occasion du Salon de l'agriculture, sélection des bonnes pratiques pour consommer autrement, plus sain, moins cher... et sans trop se compliquer la vie!

1/ Les Amap

Vous connaissez peut-être les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap). Il y en a 1200 en France, elles existent depuis une dizaine d’années. Nous vous en avions déjà parlé sur Youphil.com.

Une Amap dans le 13e arrondissement de Paris. Crédit: Fanny Roux/Youphil.com

 

Le principe? Chaque semaine, vous allez chercher votre panier pour une dizaine d’euros environ. Ce sont des légumes bio, de saison et cultivés par des producteurs locaux.

Avantages. Quel bonheur de cuisiner des produits... dont on ne soupçonnait même pas l’existence! Avec les Amap, vous devenez rapidement le pro du topinambour!

Si vous vous posez la question, voici à quoi ressemble un topinambour.
Crédit: Wikipédia 

 

Inconvénients. L'une de nos lectrices, Nathalie, a testé cette solution, avant de décider d'arrêter. "Quand on se retrouve à cuisiner chaque semaine des poireaux, ça devient un peu lassant. Surtout pour mes enfants!", lance cette mère de famille, pour qui il était également compliqué de trouver un créneau de deux heures dans la semaine pour aller chercher ses produits. Sans oublier que dans les Amap, il faut parfois avancer les sommes au départ. Nathalie a par exemple dû payer 400 euros pour l'année à l'avance. 

 

2/ La Ruche qui dit Oui!

Même esprit que les Amap, mais avec moins de contraintes! La Ruche qui dit Oui! est une plateforme web qui met en relation les petits producteurs locaux avec des acheteurs. Les produits sont vendus à travers 350 lieux de distribution en France.

Vous pouvez vous-même créer un point relais, un lieu de distribution (une ruche, donc), chez vous. Les produits sont commandés à l’agriculteur, et quand ils sont livrés, il suffit de prévenir les autres membres de la Ruche qui dit Oui!, pour qu'ils viennent les chercher. De l’achat groupé, en quelque sorte.

 

 

Selon Guilhem Chéron, le fondateur, certaines “ruches” proposent entre 300 et 500 produits différents. L'objectif à long terme: construire un supermarché alternatif, accessible à tous et un peu partout sur le territoire français.

Et ça marche: La Ruche qui dit Oui! regroupe déjà 200.000 membres après deux ans et demi d’existence, et comptabilise 800 inscriptions de consommateurs en moyenne par jour.

Guilhem Chéron, fondateur heureux de la Ruche qui dit Oui! Crédit: DR.

 

Avantages. Il y a des produits pour toutes les bourses. C’est le responsable de la ruche qui passe les commandes, en fonction aussi de ce que veulent les membres. Par ailleurs, La Ruche qui dit Oui! a déjà permis de créer 200 emplois à temps plein chez les producteurs.

Inconvénients. Si vous avez envie d'une bonne tablette de chocolat, vous ne la trouverez sans doute pas dans une "ruche"! Il faut bien le reconnaître, il est difficile de faire entièrement ses courses dans une Amap ou à la Ruche qui dit Oui!.

 

3/ OpenFoodFacts et Noteo: des applications pour en savoir plus sur ce que l'on mange

Si vous souhaitez quand même avoir une petite idée de ce que vous mangez, vous pouvez télécharger deux applications sur votre smartphone, si vous en possédez un.

OpenFoodFacts, tout d'abord, est une sorte de Wikipédia des produits alimentaires qui décrypte les étiquettes. Avec, en plus, un site auquel vous pouvez contribuer, qui montre les lieux de production pour consommer local.

 

L'objectif de l'opération What's in my Yogurt?: faire appel aux consommateurs du monde entier pour collecter un maximum de données sur les ingrédients contenus dans les yaourts.

 

Autre application, Noteo. Il suffit de scanner le code barre pour obtenir la note du produit, en fonction de son impact sur l’environnement, par exemple.

La rédaction de Youphil.com a testé Noteo sur une célèbre bouteille d’eau minérale. Résultat: 8,3 sur 10. Pas mal.

Inconvénients. Difficile de scanner tous les produits, sans avoir l'air un peu ridicule dans les rayons du supermarché, avec en plus une connexion qui, souvent, rame. 

Avantages. Vous pouvez toujours scanner quelques produits qui vous tiennent à cœur, comme le dentifrice. En nous aidant à mieux connaître ce que nous achetons, ces applications nous incitent à être plus vigilants sur les étiquettes, et pourquoi pas à consommer mieux, en allant dans une Amap ou à la Ruche qui dit Oui!

 

> Retrouvez cette chronique sur France Inter, et écoutez "Ça va mieux en le faisant", tous les dimanches à 6h20, dans le 5/7 du week-end de Dorothée Barba.

 

> Et vous, quelles sont vos solutions pour consommer mieux? Dites-le nous: evialle@youphil.com.

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer