Quand des fournisseurs d’accès alternatifs luttent contre la fracture numérique

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Des fournisseurs d’accès associatifs répondent au problème des zones blanches en apportant Internet à la campagne.

En France, 1% des foyers français [pdf] sont situés dans des zones non couvertes par l'Internet haut débit, selon l'Autorité de régulation des communications éléctroniques et des postes (ARCEP). Pas assez peuplées, ces "zones blanches" présentent peu d'intérêt pour les grands opérateurs. Pour pallier cette fracture numérique, certains fournisseurs d'accès à Internet (FAI) indépendants ont décidé d'investir les campagnes.

Internet dans des zones peu rentables pour les fournisseurs d'accès

C'est le cas du toulousain Tetaneutral. À l’origine de cette association fondée en 2011, cinq "geeks" militants. L’objectif initial était de lutter pour la neutralité du net, c’est-à-dire le non filtrage de certains contenus par les fournisseurs. Très vite, l’association a pris une nouvelle dimension solidaire: l’accès à Internet dans les "zones blanches".

Autofinancée, Tetaneutral ne fonctionne qu’avec des bénévoles. Aujourd’hui, l’association compte environ 250 abonnés, dont plus de la moitié se trouvent en zone rurale. Parmi eux, des particuliers, des entreprises et des collectivités comme la municipalité de Saint-Gaudens, en Haute-Garonne.

Des abonnements gratuits pour les squats 

L'offre ADSL de Tetaneutral (haut débit à partir de son réseau téléphonique) via l'installation d’un modem, est plus chère que chez les grands opérateurs:  29 euros par mois en plus de l'abonnement à France Télécom. "Il s’agit d’un abonnement militant", explique Laurent Guerby, fondateur de l’association. L'association propose aussi un accès Internet qui peut aller jusqu'à 30 mégabits (très haut débit), capté par wifi (Internet sans fil) grâce à des antennes, puis relayées entre riverains. Cette offre représente 95% des souscription. 

Ainsi, chaque abonné devient lui-même fournisseur d’accès. Pour cela, "la visibilité est la seule contrainte. Le réseau Internet capté ne passe pas les obstacles donc aucun mur ou arbre ne doit s’interposer entre deux antennes", précise Laurent Guerby. Cette offre coûte 20 euros par mois, 28 euros en "zone blanche". Les tarifs s'adaptent aux situations des abonnés: par exemple, Tetaneutral fournit gratuitement Internet à plusieurs squats toulousains, dont certains gérés par l'association Droit au logement (DAL). 

Selon Laurent Guerby, "parmi un millier d’opérateurs français, une centaine sont associatifs, dont une grande partie travaillent dans des zones blanches". On trouve ces opérateurs ailleurs qu'en France. En Espagne, le réseau Guifi et ses 18.000 antennes propose une connexion gratuite à Internet.

 

Crédit photo: William Hook/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer