L'innovation sociale made in Europe

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

L'Espagne et sa Silicon Valley sociale

Dans un pays très décentralisé frappé de plein fouet par la crise, c’est surtout à l’échelon local et régional que l’innovation sociale a été encouragée et relayée. Au Pays basque, région la plus prospère d'Espagne, le Centre basque pour l’innovation sociale Denokinn a lancé en 2010, avec l’appui des autorités un parc d’innovation sociale (SI Park) près de Bilbao. L'ambition: créer une "Silicon Valley" de l’innovation sociale.

Financé initialement à hauteur de six millions d’euros par les autorités locales et le gouvernement espagnol, le parc rassemble entreprises, universités, fondations et coopératives, dans le but d’identifier les besoins sociaux pour créer des solutions diffusables à grande échelle. C’est le cas de la voiture électrique Hiriko. La compagnie allemande de transports Deutsche Bahn a testé le véhicule à Berlin en 2013 dans le cadre de son système d’auto-partage.

Un laboratoire d'actions en Suède

L’innovation sociale et l’entrepreneuriat social sont des concepts relativement nouveaux en Suède. Mais le pays trouve un intérêt à les développer, non seulement pour résoudre des problèmes sociaux mais aussi pour favoriser la croissance dans des secteurs tels que la santé, l’éducation et les industries vertes. Si la Suède n’est pas encore dotée de politiques nationales et régionales qui permettraient de systématiser des approches d’innovation sociale, la ville de Malmö, au sud du pays, fait figure de véritable laboratoire.

Sa nouvelle université héberge Medea, un "Do tank" (laboratoire d'actions) qui travaille sur l’utilisation des outils numériques au service des besoins sociaux. La ville s'est d'ailleurs engagée à devenir d'ici 2020 autosuffisante en énergie et a ainsi mené une politique volontariste (péages urbains, limitations de vitesse, renforcement des transports publics...) pour limiter l’usage de la voiture. Dans ce contexte, Malmö a été choisie pour être une ville pilote du projet européen One Planet Mobility. Ce projet, mené avec le WWF, l’université de Malmö et le laboratoire Strategic Design Scenarios (SDS), a expérimenté depuis 2007 des scénarios sur le terrain pour réduire les émissions de CO2 des habitants.

L'Autriche en pointe de la recherche

Au pays de Joseph Schumpeter, le père de la théorie de l’innovation économique, l’innovation sociale connaît un engouement récent. Le secteur de la recherche y est particulièrement développé, grâce aux travaux du Centre pour l’innovation sociale (Zentrum für Soziale Innovation, ZSI), qui a lancé en avril 2013 avec l’université du Danube un master d’innovation sociale.

Côté entreprises, l’industrie du bois à Salzbourg a fait de l’innovation sociale le thème central de sa conférence annuelle en 2011. Mais l’innovation sociale en Autriche est surtout impulsée par le secteur de l'économie sociale. Celui-ci représente en effet 80% des candidatures reçues par le prix "SozialMarie". Attribué par une fondation privée, ce dernier a attiré 1700 projets depuis son lancement en 2005 venant aussi bien d’Autriche que des pays limitrophes.

Une unité interministérielle au Danemark

Fidèlement ancré dans la tradition de l’État-Providence, le Danemark n’en est pas moins confronté à des difficultés budgétaires et à des défis sociaux importants, comme le vieillissement de sa population. Depuis plusieurs années, le pays a trouvé un intérêt croissant à encourager l’innovation sociale, afin de trouver des réponses que l’État seul ne pouvait apporter. 

C’est ainsi que le ministère de l’Économie et du Commerce s’est doté en 2002 du "Mindlab", un laboratoire d’innovation sociale, qui a pour vocation d’améliorer les services publics en impliquant les citoyens et les entreprises. Composé d’une quinzaine de personnes, le Mindlab a étendu sa collaboration en 2007 au ministère des Finances et au ministère de l’Emploi, devenant ainsi un dispositif inédit de coopération interministérielle. Récemment, le Mindlab a aidé le service public de l’Emploi à imaginer une plateforme Internet qui mettrait en relation de jeunes diplômés au chômage avec des travailleurs plus expérimentés volontaires pour jouer le rôle de mentor.

Le Royaume-Uni pionnier de la finance sociale

Le Royaume-Uni est connu pour sa forte tradition d’innovation sociale. L’arrivée au pouvoir de David Cameron en 2010 et la mise en œuvre de son projet de "Big Society" ont permis le lancement de la Big Society Capital en juillet 2011, une banque qui finance des projets d’innovation sociale, et la création des Social Impact Bonds. Depuis le début des années 2000, d’autres initiatives illustrent le dynamisme en innovation sociale du pays, à l’image de la Nesta et de la Young Foundation. Par exemple, le laboratoire de l’innovation du comté du Kent (Silk), dont l’originalité de la démarche consiste à élaborer des services, en s’appuyant sur la participation des usagers, des organisations caritatives et du secteur privé. En 2010, Silk a développé une "banque de temps", qui permet aux personnes bénévoles de gagner des crédits pouvant être dépensés pour l’achat de services ou de biens.

 

Pour lire d'autres analyses, abonnez-vous à la Lettre professionnelle "Tendances de l'innovation sociétale"! 

 

Cet article a initialement été publié le 8 mars 2013.
 
Crédit photo: News Oresund/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer