Génération Y: les jeunes plus généreux que leurs parents, selon une étude

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Travail bénévole et dons aux associations, les 20-30 ans ne sont pas les individualistes que l’on croit.

Des écouteurs greffés sur les oreilles, un écran pour seul horizon et un téléphone au bout des doigts, les clichés collent à la génération Y. Ces jeunes âgés de 18 à 35 ans biberonnés aux écrans pâtissent aussi d'une mauvaise image: des jeunes individualistes, superficiels et immatures. Selon une étude australienne, il n’en serait rien. Au contraire, ces jeunes seraient bien plus généreux que leurs parents.

La recherche, menée par l’Optus Rocks Corp Partnership, montre que les Australiens âgés de 20 à 30 ans ont eu, pour 67% d’entre eux, un travail bénévole, contre 62% pour leurs parents. Ils ont ainsi donné 192 heures de bénévolat, ce qui équivaut à 3,1 millions de dollars (2,3 millions d'euros).

Comment analyser ce phénomène? L'étude reste un peu floue quant aux raisons qui poussent les jeunes à s'engager. La crise économique n’aurait-elle pas poussé la génération Y à revenir à des valeurs de partage et d’entraide? Ou les aurait-elle contraints à se tourner vers le bénévolat à défaut de trouver un emploi? En effet, le taux de chômage des Australiens de moins de 25 ans ne tombe pas en dessous de 11%, depuis 2009.

Et en France, ils sont comment les jeunes?

En France, le taux de chômage des moins de 25 ans est au dessus de 20% depuis 2005, exception faite de l’année 2008. En 2013, il atteint même le triste record de 26,2%.

Et le bénévolat? D'après le rapport 2013 de France Bénévolat [pdf], entre 2010 et 2013 l’engagement dans l’associatif des 15-35 ans a augmenté de 19%, tandis que, sur la même période, celui des plus de 65 ans chute de 14%. Le volontariat ponctuel progresse lui aussi sensiblement.

Finalement peu importe la raison, l’important pour les associations dans lesquelles s’engagent ces jeunes est de savoir s’il s’agit d’un effet de mode ou d’une tendance qui se confirme.

> Lire l'article sur The Australian

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer