Jean-Marc Ayrault promet des investissements d’avenir "verts"

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Une semaine après le limogeage de la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, qui avait critiqué le "mauvais" budget prévu pour son ministère en 2014, le gouvernement veut montrer qu’il n’abandonne pas la transition énergétique.

Plus d’un milliard pour les projets de l'Ademe

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé, le 9 juillet, le prolongement du "Programme d’investissements d’avenir" de 2009 (PIA), avec 12 milliards d’euros supplémentaires d'ici 2016, dont 2,3 milliards d’euros pour la "transition énergétique et écologique".

La moitié de cette enveloppe "verte" est destinée aux appels à projets de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), dont le budget sera par ailleurs amputé en 2014.

La moitié des investissements pour la transition écologique?

Cette dernière avait d’ailleurs formulé le vœu que "la moitié des investissements d’avenir soient consacrés à la transition énergétique". Le Premier ministre s’est engagé sur ce point, à sa façon: "La majorité des financements du nouveau PIA seront soumis à une éco-conditionnalité et 50% concerneront directement ou indirectement des investissements pour la transition écologique."

"Si l’affichage reprend ma demande (…), la réalité des faits est donc différente", a déclaré Delphine Batho dans un communiqué réagissant à l’annonce du gouvernement. Il est vrai que tout réside dans le "directement ou indirectement".

Des projets soumis à critères environnementaux 

Selon Matignon, c’est surtout cette "éco-conditionnalité" dans les appels à projets –saluée par les écologistes de la majorité- qui donnera un impact écologique à ces investissements. 

De quelles conditions s’agit-il? "Rien n’est dans le marbre", nous indique le cabinet, "mais des labels existants, sont déjà utilisés par le Commissariat général à l’investissement [qui gère le PIA], comme les labels du Grenelle de l’environnement pour le bâtiment, par exemple. Des critères seront définis sous peu."

Les premiers prêts ou dotations en capital de ce Grand emprunt bis devront tomber dès septembre 2013, assure le cabinet du Premier ministre.

 

Crédit photo: mattwalker69/Flickr
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer