Melinda Gates à Paris: "Je veux faire entendre la voix des femmes démunies"

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

La cofondatrice de la Fondation Gates était l'invitée d'honneur d'une conférence organisée par l'IDDRI à Sciences Po Paris, en partenariat avec Youphil.com.  

Elle arrive telle une chef d’Etat, après avoir été reçue par Pierre Moscovici. Entourée, attendue, souriante dans son tailleur mordoré, Melinda Gates est d’abord à l’écoute, puis entame le show. Dans la salle, près de 300 personnes (étudiants, consultants, responsables d’ONG et membres de ministères) sont venues assister au débat organisé par l’IDDRI à Sciences Po Paris le 26 juin 2013, sur le rôle des acteurs privés et publics dans le secteur du développement.

Au-délà de l’intérêt du débat, tous les participants sont venus l’écouter, elle. Connaître les derniers combats de Melinda, sur la contraception notamment. Comprendre ce qui anime la Fondation Gates. Un responsable d’une fondation, acteur clé du secteur de l’humanitaire, nous glisse à l’oreille: "ce qu’ils font est excellent, on ne peut pas le nier."

Melinda Gates est venue en France pour rappeler au pays qu’il fallait continuer à financer, malgré la crise, l’aide au développement, notamment en alimentant le Fonds mondial. Si elle est accueillie comme une chef d’Etat, c’est aussi parce que l’heure est à l’austérité et que la fondation Gates est riche. Très riche.

Financements innovants

Un membre d’une grande ONG renchérit: "la Fondation Gates représente une source de financement immense pour les organisations. C’est indéniable. Les financements innovants, c’est aussi le cash qui peut être apporté très rapidement par ce type d’organisation."

Le gouvernement ne s’y trompe pas. L’un des intervenants du panel, Philippe Meunier du ministère des Affaires étrangères, remercie les acteurs privés. Preuve qu’en matière de développement comme ailleurs, l’Etat ne peut pas tout. "Votre capacité à prendre des risques, c’est votre supériorité par rapport au gouvernement", renchérit Jacques Moineville, directeur délégué de l’Agence Française de Développement.

Des partenariats avec les acteurs publics

Mieux dôtée que l’Organisation mondiale de la santé, la Fondation Gates influence évidemment l’agenda de la santé mondiale. Quitte à imposer ses règles? L’idée de voir un acteur privé investir le bien public soulève parfois des questions parmi les acteurs du développement.

"Nous n’agissons pas seuls mais tissons toujours des partenariats, répète à l’envi Melinda Gates, à qui nous avons eu le temps de poser une question à la fin de la conférence, alors qu’elle était assaillie par les participants. "Nous travaillons avec de nombreux partenaires dans beaucoup de pays et nous sommes transparents dans toutes nos actions: nous publions les montants des sommes que nous avons données, à qui, et comment. Cela nous incite à rester honnête et ouvert aux critiques."

"Vies humaines"

Une chose est sûre: l’enthousiasme passionné de Melinda Gates séduit. Cette enfant de Dallas privilégie l’approche humaine: "quand on parle de développement, on parle avant tout de vies humaines", explique-t-elle. "Mon rôle est de faire entendre la voix des femmes qui vivent dans les pays en développement. C’est la raison pour laquelle je participe à tant de conférences, et que je voyage autant dans le monde", raconte-t-elle à Youphil.com.

La Fondation Gates porte une vision de plus en plus répandue dans le domaine du développement: l'impact social de chacune des actions mises en place doit être mesuré. La recherche d'efficacité qui a fait le succès d'entreprises comme Microsoft doit être appliquée au monde du développement, et aucun dollar n'est réinvesti si la pertinence du programme n'a pas été démontrée.

Une nuance distingue Bill Gates de son épouse: tandis que son mari a une approche plus macroéconomique, Melinda Gates multiplie les exemples et possède une approche plus "terrain", comme elle l’explique dans cet entretien réalisé par les Echos au cours de son passage à Paris:

> Retrouvez la vidéo de la conférence "Acteurs publics et privés dans le paysage en recomposition de l'aide au développement", organisée par l’IDDRI en partenariat avec Youphil.com:

 

Crédit: Bill & Melinda Gates Foundation/Ky Chung 
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer