Philanthropes, que faire de votre argent?

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Vouloir aider ne suffit pas, encore faut-il agir de manière pertinente. Les experts de l'organisation Philanthropy Advisors accompagnent de grands philanthropes. Ils livrent leurs conseils pour Youphil.com.

Quelle cause soutenir?

La question première que se pose le philanthrope est, très naturellement, celle de la cause à soutenir. Aussi paradoxal que cela paraisse sous la plume d’un conseiller en philanthropie, l’engagement d’une partie de la fortune d’un homme ou d’une femme au service d’une cause n’est pas de l’ordre du rationnel, mais de l’émotionnel. Environnement, santé, enfance ou handicap? En France, au Mali ou au Malawi?

Ce qui importe le plus est le lien affectif du donateur avec la cause: toutes les causes sont bonnes pour celui qui la défend! Pourquoi est-ce que je m’engage? Ou plutôt, pour quelle cause est-ce que je m’engage?

C’est cette question sous-jacente qui est au cœur de l’engagement. Ce qui importe n’est pas "où mon argent sera le plus utile", mais "comment mon argent sera le plus utile". 

Comment dois-je m’engager?

Si la réalisation d’une construction physique (école, orphelinat, ou refuge pour panda) semble à priori une réponse toute trouvée à cette question, il est cependant essentiel de ne pas présupposer des moyens avant d’avoir défini les buts.

En effet, si la réalisation d’une structure flatte le généreux donateur, son engagement sincère dans une cause exige de définir quel en est l’objectif recherché: améliorer le taux d’alphabétisation, diminuer la mortalité infantile ou protéger la biodiversité? En regardant cet objectif général à la lumière d’un contexte local particulier (économique, social, politique etc.), il en émergera des pistes d’actions concrètes pour contribuer à ces objectifs.

Une construction y contribuera peut-être, mais généralement seulement en tant que partie à une réponse plus large et structurée, mettant différentes actions concordantes au service d’un même objectif. Seule une méthodologie poussée d’analyse du contexte et de définition de projet est à même de définir une insertion de l’action dans son environnement pour peser sur un problème précis et contribuer à sa diminution. Mais alors, qui faut-il financer pour contribuer à améliorer quelque chose?

Quel projet, quelle ONG soutenir?

Grosses ou petites? Internationales ou locales? Parmi les centaines de milliers de structures se réclamant ONG, laquelle va pouvoir assurer la qualité du travail nécessaire à la réalisation de mon action?

Si bien sûr l’objet social de la structure doit correspondre à mon but, de nombreux indices sont à chercher, à apprécier, pour mesurer la qualité de leur travail et leur impact.

Si la notoriété est souvent un critère de choix dominant, ce n’est pas non plus suffisant: les comptes sont-ils transparents, audités et publiés sur leur site internet? Un rapport moral détaillé est-il disponible? Les membres du conseil d’administration sont-ils publics? D’où proviennent leurs fonds (fonds institutionnels sérieux, confiance du public)? Leur méthodologie d’intervention est-elle sérieuse? L’ONG respecte-t-elle les normes du secteur (normes sphère par exemple)? L’ONG appartient-elle à des plateformes et réseaux reconnus?

Autant de questions génériques essentielles, qui peuvent en outre être doublées de questions précises sur la conduite du projet, de son concept à sa mise œuvre, autant sur la méthodologie que sur ses procédures de bonne gestion.

Que faire de votre argent? Philanthropes, si vous avez à cœur de trouver les bonnes réponses pour bien investir, c’est un challenge!

 

> Retrouvez le site de Philanthropy Advisors.

 

Crédit photo: Martin Pettitt/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer