Quand le Swaziland revend l'aide alimentaire internationale

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Les députés du Swaziland ont révélé que le royaume a vendu 12.000 tonnes d'aide alimentaire en 2011.

Détourner de l'aide alimentaire destinée aux populations dans le besoin pour renflouer les caisses de l'Etat, voilà une dérive terrible de l'aide au développement, qui vient d'être révélée. Le Swaziland a en effet vendu près de 12.000 tonnes de maïs offert par le Japon et destiné à la population, en 2011.

L'information était passée quasi-inaperçue. Ce sont les députés du petit royaume enclavé dans l'Afrique du Sud et bordé par le Mozambique qui ont récemment découvert le pot aux roses. Montant de cette transaction frauduleuse: trois millions de dollars (environ 2,3 millions d'euros) placés sur un compte de la banque centrale du pays.

Le Swaziland vit sous perfusion de l'aide apportée par la communauté internationale. L'aide alimentaire a pu nourrir près des deux tiers des Swazilandais en 2007 (10% de la population en 2012).

Classé 88e sur 176 des pays les plus corrompus au monde, le Swaziland souffre d'une économie exsangue depuis des années. Le produit intérieur brut (PIB) avoisine les 2,6 milliards d'euros et le taux de chômage a atteint 40% en 2011, selon le magazine en ligne Slate Afrique.

"Enlever la nourriture de la bouche des bébés"

Il faut croire que face à cette situation désastreuse, le petit royaume est prêt à tout pour trouver de l'argent. Y compris "enlever la nourriture de la bouche des bébés", confie un comptable swazilandais au site d'information IrinNews. Le premier secrétaire du ministre de la Planification économique et du Développement, Bertram Stewart, a d'ailleurs indiqué que cette pratique n'était pas nouvelle dans le pays.

Cette vente fait tout de même peser un risque quant au futur de l'aide internationale. Comme l'explique IrinNews, de tels actes pourraient dissuader les bailleurs de fonds de venir en aide à ce pays d'Afrique.

> Lire l'article sur IrinNews

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer