Développement durable: quels sont les métiers de demain?

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Jean-Philippe Teboul, fondateur du cabinet de recrutement Orientation Durable, livre quelques conseils pour se lancer dans ce secteur. 

> Cet article a initialement été publié le 8 février 2013.

Youphil: Le développement durable séduit, mais reste parfois difficile à cerner. Quels métiers peut-on exercer si l’on souhaite travailler dans ce secteur?

Jean-Philippe Teboul : Il existe une bonne dizaine, voire une vingtaine de métiers très différents qui touchent au secteur du développement durable. [Voir la liste de ces métiers]. Un candidat qui voudrait travailler dans ce secteur doit d’abord se demander quel métier il veut faire: auditeur, vendeur, commercial, etc.

Il doit réfléchir ensuite à la manière dont il va intégrer le développement durable dans ce métier-là. Par exemple, si vous faites de l’audit environnemental, vous devez avant tout aimer l’audit!

Lire aussi “Les meilleures formations en développement durable”.

Le souci aujourd’hui, c’est que l’on a d’un côté des gens qui se positionnent en experts généralistes du développement durable, et de l’autre des recruteurs qui privilégient ceux qui maîtrisent avant tout un métier précis.

Sur ce point, l’évolution est plutôt positive du côté des écoles, car elles cessent peu à peu de proposer des masters développement durable généralisés et se spécialisent. 

Votre cabinet vient de sortir une étude expliquant que le secteur des énergies renouvelables est celui qui emploie le plus...

Nous avons fait une photographie du marché à une date donnée, le 15 octobre 2012. On a recensé 1293 offres d’emplois dans les énergies renouvelables à ce moment là, ce qui fait de ce secteur, avec celui de l’efficacité énergétique, l’un des plus gros pourvoyeurs d’emplois dans le domaine du développement durable.

Concernant les énergies renouvelables, les commerciaux sont les plus recherchés, ce qui montre que pour l’instant, le secteur est en train de chercher des marchés.

Quant au secteur de l’efficacité énergétique, il bénéficie d’une législation favorable et permet de faire des économies sur le court terme. 

En revanche, l’Investissement socialement responsable(ISR), dont l’encours n’a cessé de progresser ces dernières années, ne propose paradoxalement que très peu d’offres d’emploi, une dizaine. Dans ce domaine là, on recherche principalement des analystes financiers.

Quels sont les profils qui seront recherchés demain dans le développement durable?

Il est fort probable que les jeunes travaillent beaucoup plus dans les énergies renouvelables à l’avenir, car on sort peu à peu des énergies fossiles... même si on ne sait pas encore combien de temps cela prendra.

Il y a de faibles chances qu’ils travaillent dans la RSE (responsabilité sociale des entreprises), en revanche il y a de fortes chances qu’une partie de leur poste soit en lien avec le développement durable.

Ils pourront être aussi amenés à rejoindre le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) et celui des ONG. Aujourd’hui, de nombreux candidats postulent au sein de ces organisations, mais ils n’ont pas toujours le bon profil.

Ce sont soit des cadres qui viennent du privé et ne maîtrisent pas les spécificités de l’ESS, comme par exemple le fait de gérer des salariés militants, ou d’intégrer l’intérêt général dans leur modèle économique... Ou bien des personnes qui n’ont fait que de l’associatif et qui n’ont pas de culture économique, de management, et sont même parfois dans le rejet de la culture du résultat.

Le profil intéressant - et rare ! - est donc celui qui mêle les deux, sait prendre des décisions pour une entreprise tout en intégrant l’objectif social.

> Lire l'étude : Comprendre le marché de l’emploi du développement durable et de la croissance verte [pdf]

 

Crédit Photo: Manel/FlickR.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer