MSF demande plus d'aide pour les millions de Syriens en danger

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Après la conférence des bailleurs de fonds pour la Syrie, Médecins sans frontières demande un accroissement de l'aide internationale.

Vingt-deux mois de guerre civile se sont déjà écoulés en Syrie. Plus de 60.000 personnes ont été tuées, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme et des centaines de milliers de réfugiés sont dispersés le long des frontières libanaise, turque ou jordanienne.

Dans une tribune publiée le 31 janvier, Médecins sans frontières (MSF) alerte sur "l'aggravation des conditions de vie des populations" syriennes qui vivent dans les zones sous contrôle de l'armée rebelle.

À voir: notre diaporama "Syrie: immersion dans un camp de réfugiés"

Selon l'organisation humanitaire, ce sont les zones encore sous contrôle du gouvernement de Bachar al-Assad qui reçoivent la quasi-totalité de l'aide internationale, "tandis que les zones insurgées en reçoivent une part infime."

Cet appel au secours intervient au lendemain de la grande conférence des bailleurs de fonds pour la Syrie, le 30 janvier à Koweït City. Cette réunion avait pour but de lever plus de 1,5 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) en faveur des populations bloquées sur le territoire syrien: près de quatre millions de personnes, selon les Nations Unies.

"La situation en Syrie continue de se détériorer et cela signifie des besoins accrus, davantage de gens ont besoin d'aide et ces besoins sont plus pressants", a expliqué le directeur des opérations de l'OCHA avant la conférence des donateurs.

À lire aussi: Comment les humanitaires travaillent-ils en Syrie?

Seules quelques organisations humanitaires assurent une assistance médicale dans les zones rebelles. Le manque de coordination, les combats au sol et "la semi-clandestinité" des opérations humanitaires transfrontalières rendent difficile "l'accroissement des secours internationaux en zone rebelle", s'inquiète MSF.

> Lire l'article sur Le Monde

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer