La Webacadémie, une école pour les "geeks" sans diplôme

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

La Webacadémie permet à des jeunes sans baccalauréat de suivre une formation pour devenir développeur web.

Feuilles de style, langage CSS, PHP ou Javascript. Cela ne vous dit rien? C'est que vous ne faites pas partie du monde des développeurs informatiques.

Pour mettre à profit l'addiction des jeunes "geeks" pour l'informatique, François Benthanane a créé la Web@cadémie. Fondée en 2010, elle “forme des jeunes entre 18 et 25 sortis du système scolaire sans le bac, au métier de développeur web”, explique son président et fondateur.

Depuis sa création, plus d’une soixantaine de jeunes se sont déjà assis sur les bancs de cette "école de la deuxième chance", et la promotion 2013 devrait en compter une centaine.

Des "geeks" passionnés

La Web@cadémie est née d’un constat: “En France, il reste 30.000 postes de développeurs web à pourvoir. Ceux qui n’ont pas de diplôme ne peuvent pas accéder à ces formations” et la plupart des diplômés “préfèrent devenir ingénieurs plutôt que 'simples' techniciens qualifiés”, avance François Benthanane.

Lancée comme “un pari”, l’idée est alors de former gratuitement pendant deux ans au métier de développeur web, des jeunes motivés qui n’ont aucun diplôme en poche. Un partenariat se crée rapidement avec l’Ecole pour l’informatique et les nouvelles technologies (Epitech), des professionnels du secteur qui prennent en charge le coup de la formation (entre 7000 et 10.000 euros par an) et des structures de recrutement “pour assurer des débouchés professionnels" à la cinquantaine d’étudiants de la promotion 2012.

Les élèves bénéficient d’une formation davantage pratique. Ils étudient dans le même cadre que les autres étudiants de l’Epitech, mais ont moins de cours théoriques. Nous formons des techniciens qualifiés qui pourront rapidement intégrer le monde du travail”, explique François Benthanane.

Lutter contre le décrochage scolaire

Cet entrepreneur de métier n'est pas novice en matière d'aide pour les jeunes déscolarisés. En 2005, il crée l'association Zupdeco dont "le principe est de sélectionner des jeunes collégiens de la sixième à la troisième, qui ont une moyenne inférieure à 10, généralement entre 5 et 9, détaille-t-il. Nous les accompagnons ensuite durant toute la durée de leurs études au collège afin qu'ils obtiennent leur brevet".

Pour François Benthanane, les efforts semblent payer. Côté débouchés, il explique que "100%" des jeunes passés par la case Web@cadémie obtiennent un emploi par le biais d'un "contrat de professionnalisation ou d'un contrat à durée indéterminée".

Des résultats à faire pâlir n’importe quel directeur d'école, mais qui n’échappe pas à la dure réalité du marché. Si les entreprises du secteur informatique affichent une image florissante et dynamique, elles sont aussi durement touchées par le chômage. Plus de 34.000 informaticiens étaient demandeurs d’emploi au mois d’août 2012.

 

Cet article a initialement été publié en janvier 2013.

 

Crédit photo: Web@cadémie
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer