Cécile Duflot, sur la construction de logements: “je ne baisserai pas les objectifs”

Email this pageEnvoyer à un ami2CommentairesImprimer

La ministre du Logement et de l’Egalité des territoires a présenté ses objectifs pour 2013, à l’occasion de ses vœux à la presse.

"Je pense que cela va être pire en 2013”, avance la ministre du Logement et de l’Egalité des territoires Cécile Duflot, en sortant quelque peu de son discours lors de ses vœux à la presse, le 21 janvier.

Réformer le secteur du logement en crise, préserver le droit des locataires, multiplier les mesures pour l’accès au logement ou loger d’urgence ceux qui sont dans la rue… Les chantiers de la ministre sont multiples et périlleux.

Si elle-même semble douter de la réalisation de tous ces objectifs, Cécile Duflot a tenté de prouver qu’elle ferait tout pour les atteindre: “Je travaille. Je m’obstine. Je m’acharne”, a-t-elle déclaré.

Nouveaux logements: maintien de l’objectif des 500.000 par an

Une démarche appréciable, mais une compensation faible pour ceux qui attendent beaucoup de la construction de nouveaux logements. Interrogée sur son objectif de construire 500.000 logements par an pendant le quinquennat, Cécile Duflot a suggéré que cela sera très difficile, tout en maintenant: “Je ne baisse pas la barre. Je ne restreindrai pas les objectifs. (...) Les moyens financiers existent.”

Après son adresse directe à la presse, la ministre s’est pliée à l’exercice classique du bilan de l’année écoulée et de la feuille de route pour l’année 2013. Elle s’est d’abord réjouie de la validation de la loi sur le logement social qui porte son nom par le Conseil constitutionnel.

Cette loi Duflot publiée au journal officiel le 19 janvier 2013 durcit la loi SRU, portant de 20 à 25% le taux minimum de logements sociaux dans les villes et renforçant les sanctions contre celles qui ne respectent pas ces quotas.

Les grands chantiers pour le logement

Pour 2013, la ministre a mis en avant cinq grands chantiers. Deux d’entre eux concernent davantage sa casquette de ministre de l’Egalité des territoires: le projet urbain du “Grand Paris” et la poursuite de la réflexion sur un aménagement du territoire qui favorise l’égalité entre tous ces territoires.

Le grand chantier et la grande priorité de la ministre reste le développement de l’offre de logements, avec tous les leviers possibles: construction, rénovation, réquisition ou la mobilisation du foncier public.

Cécile Duflot a également annoncé un objectif de 500.000 rénovations de logements par an, afin d’en améliorer l’efficacité énergétique et donc de lutter contre la précarité énergétique. Objectif: que d’ici 2050 "toutes les Françaises et les Français vivent dans des bâtiments à basse consommation".

Enfin, Cécile Duflot a réitéré sa volonté d’une réforme structurelle pour “sortir de la gestion d’urgence de l’hébergement”. Un projet de loi qu’elle veut placer sous le signe de la “solidarité".

La ministre a été très évasive sur les détails de ces trois principaux chantiers pour le logement. Faisant partie du plan de lutte contre la pauvreté du gouvernement, ils devraient être précisés par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l’issue du Comité interministériel de lutte contre les exclusions.

Retrouvez notre dossier spécial "Conférence nationale contre la pauvreté: ce qu'il faut retenir".

Eglise: le "je ne regrette rien” de Cécile Duflot

La ministre du Logement a également profité de ces vœux à la presse pour faire une mise au point après la polémique déclenchée lorsqu’elle a demandé à l’Église de mettre à disposition ses logements vacants, au même titre que les autres personnes morales (institutions, entreprises…).

“On a voulu créer une mauvaise polémique avec l’Église, en disant que je minorais son rôle dans la lutte contre l’exclusion. Je dois avouer que j’ai été touchée par les mensonges proférés à cette occasion. […] Cette misérable querelle, fabriquée de toute pièce est indigne: qu’on relise mes propos, je n’ai fait qu’appeler chacun à renforcer encore son action face à l’urgence. Aurais-je dû me taire. […] Je ne le pense pas.”

 

Crédit photo: Fanny Roux

 

Email this pageEnvoyer à un ami2CommentairesImprimer
Commentaires

bonne nouvelle ! il était temps que cécile duflot s'occupe un peu des locataires et du manque de logement parce que jusqu'à maintenant elle s'est beaucoup occupée des investisseurs avec la loi duflot qui coûte un bras à l'état en impôt.

sebastienP

L'objectif de Madame Duflot de créer plus de 500 000 logements par an est très ambitieux ... trop même. Et du coup, il se détache de la réalité. Un objectif de 300 000 logements aurait déjà été, pour l'année 2013, un objectif important. Si la crise du logement mérite des mesures, il faut qu'elles soient adaptées à la situation de crise actuelle. Aujourd'hui on ne construit gère plus de 150 000 à 200 000 logements par an. Le prix de l'immobilier devrait augmenter dû à l'augmentation des coûts de constructions (ne serait-ce que par le surcoût du BBC et des matériaux de base). Madame Duflot devrait-elle réviser sa copie ? ou l'utopie n'a-t-elle toujours pas été le moteur du peuple ? ... Séb.