L'humour de Luigi Li, un coup de pouce pour les sans-abris

Email this pageEnvoyer à un ami1CommentairesImprimer

Un jeune humoriste français utilise son talent d'écriture pour changer le regard que les riverains portent sur les sans-abri.

Son truc à Luigi Li, c’est l’humour, la blague et le bon mot qui fait rire. Ce jeune auteur d’une trentaine d’années qui a fait ses armes auprès de Laurent Ruquier ou de Marc-Olivier Fogiel est issu de la scène parisienne du stand-up.

Plus habitué à fouler les planches du théâtre Jamel Comedy Club, des plateaux de France Télévisions ou de Canal Plus, le jeune homme a récemment mis ses talents d’humoriste au profit des sans-abri de Paris.

Depuis le mois de novembre 2012, Luigi Li et son compère photographe Little Shao sillonent les rues de la capitale sur leur scooter pour aller à la rencontre des sans-abri et “leur donner un coup de pouce”, s'amuse-t-il.

Un bout de carton, un coup de feutre, une réplique bien pensée et le tour est joué. Luigi remplace les traditionnels “J’ai faim” sur les panneaux par une petite blague à l’humour décapant.

Tout a commencé en discutant avec Juan, le sans-abri qui vit en bas de chez Luigi: “Je le croise tous les jours au coin de la rue. En discutant un jour avec lui, il m’a demandé ce que je fais dans la vie. Je lui ai expliqué que j’écris des blagues, ça l’a fait rire et je lui ai proposé d’en écrire une pour lui”.

Mieux vaut en rire

Ce que n’imaginait sûrement pas Luigi c’est qu’un simple écriteau puisse permettre à Juan de gagner un peu plus d’argent que d’habitude. Il faut dire qu'avec des répliques du genre “À l’époque où j’ai parié sur le PSG, il n’y avait pas Zlatan Ibrahimovic” ou “Abracadabra!!!…et merde, je suis encore dans la rue”, le jeune homme a un certain talent pour interpeller les gens et détourner leur regard.

Jamais méchant mais toujours déconcertant, Luigi veut à chaque fois “interloquer les passants”. Il y a toujours des riverains curieux qui s’amusent à lire ce qu’il écrit, “mais c’est un sujet encore tabou”, sur lequel il est difficile de faire rire explique-t-il.

“De la solidarité à petite échelle”

Continuer son chemin en baissant les yeux lorsque l’on croise un sans-abri est presque devenu un acte banal. C’est justement pour éviter cela que Luigi a lancé ce concept: “À chaque fois que nous donnons une pancarte à l’un des sans-abri que nous croisons, on reste un peu à l’écart. Et on remarque que les gens sont intrigués par le message. Certains s’arrêtent, discutent avec eux et leur donnent quelques pièces. Ils ne se seraient peut-être même pas arrêtés autrement.

De cette expérience Luigi Li espère bientôt en tirer une exposition photographique. Quelque temps après avoir créé son blog "Un sourire SVP" pour faire parler de son projet,  il a rapidement été contacté par la Fondation Abbé Pierre, enthousiaste à l'idée qu’un jeune puisse “provoquer” et “dépoussiérer” le lot de clichés sur les sans-abri. Par la suite, l'idée est de reverser l'intégralité des fonds récoltés par l'exposition à la fondation.

Son concept est d'ailleurs sur le point d'être exporté, au Canada notamment. "Beaucoup de gens m'ont appelé pour me demander s'ils peuvent s'inspirer de mon idée. J'ai été surpris parce que je ne pense pas avoir inventé quelque chose. Il faut que l'idée se répande.

Le virtuose du calembour précise que sa démarche se veut simple et personnelle: “Je n'utilise pas des vannes de mon spectacle pour écrire sur les pancartes […]. Je ne suis pas un humoriste engagé et je ne suis pas dans la dénonciation”, se défend-t-il.

Avec près de 150.000 sans-abri en 2011 en France, selon un rapport de la Cour des comptes [pdf], il va lui falloir se creuser les méninges à Luigi Li pour renouveller son stock de vannes.

> Pour en savoir plus, visiter le blog de Luigi Li et Little Shao "Un sourire SVP".

 

Crédit photos: Little Shao
Email this pageEnvoyer à un ami1CommentairesImprimer
Commentaires
Cheruy

Cette initiative avait été reprise dans The power of words en 2010 (https://www.youtube.com/watch?v=Hzgzim5m7oU) avec certes la touche d'humour en moins mais le but reste la même...

Un avocat français a eu la même initiative (http://www.rue89.com/2011/04/10/joel-avocat-des-riches-qui-invente-des-p...) également.

Mais celles de Luigi Li sont vraiment hilarantes...