Greyston Bakery: les boulangers de la deuxième chance

Lire ce contenu en Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

La Greyston Bakery est une entreprise sociale unique en son genre, la première "Benefit Corporation" de l'état de New York. Parmi les anciens salariés de cette boulangerie, des anciens sans-abri et repris de justice. Notre reportage sur place.

> De notre correspondante à New York

Dans un coin calme du sud-est de la ville de Yonkers, peu après la prison municipale, se trouve l'usine d'une boulangerie sans prétentions. Nous sommes dans l'état de New York, à une heure de New York City.

La Greyston Bakery, qui célèbre cette année son trentième anniversaire, tient une place toute particulière dans la communauté locale, depuis son ouverture en 1982.

Créée par un moine boudhiste zen et ancien ingénieur aérospatial, Bernard Glassman, son dessein d'origine était de fournir un gagne-pain pour les membres du groupe de méditation de son créateur.

Aujourd'hui, cette entreprise sociale rentable aide les citadins de Yonkers à se réinsérer. C'est aussi la première Benefit Corporation (le B-Corp est une certification qui reconnait le caractère socialement et écologiquement responsable de certaines PME) de l'état de New York.

La boulangerie a commencé à confectionner pains, gâteaux, tartes et autres desserts dans la ville de Riverdale, dans le Bronx, avant de déménager à Yonkers. C'est là que les membres fondateurs ont été confrontés au problème endémique des sans-abris dans les années 80, encore visible aujourd'hui. C'est comme ça qu'ils ont développé leur politique assez exceptionnelle "d'embauche ouverte".  

"L'embauche ouverte" permet de sortir les gens de la pauvreté

L'idée principale était de donner à des personnes au parours chaotique une occasion de redémarrer à zéro. Encore aujourd'hui, la boulangerie ne fait pas de vérification des antécédents et ne demande pas de CV aux postulants. Ces derniers n'ont qu'à se rendre à l'accueil et inscrire leurs noms et leurs coordonnées sur une liste. Seule condition: avoir plus de dix-huit ans.

Quand un poste se libère, les candidats sont appelés en fonction de leur place sur la liste. Ils sont ensuite soumis à une session d'embauche ouverte menée par un responsable des ressources humaines qui leur explique en détail la philosophie de l'entreprise, en quoi consistera leur travail et ce que cela signifie que de travailler pour Greyston. 

Se débarrasser d'un processus d'embauche intimidant a permis à des personnes aux parcours variés - SDF, immigrés sans-emplois, personnes n'ayant pas terminé leur lycée, toxicomanes en réhabilitation - de faire leurs premiers pas vers l'autonomie. 

Une entreprise sociale centrée sur sa communauté

Ariel Hauptman, responsable du développement, nous explique: "Nous sommes une entreprise lucrative et nous devons être rentables pour ne pas mettre la clef sous la porte." En 2011, la boulangerie a fait un chiffre d'affaires de huit millions de dollars. Elle travaille de près avec Ben & Jerry's, leur fournissant les brownies qui vont dans leurs glaces. Elle est partenaire de la Whole Planet Foundation, l'antenne "non profit" de la grande surface Whole Foods à qui elle vend aussi des brownies dans ses magasins situés entre le Maine et la Virginie. 

Maintenir un contrôle de qualité et des normes de travail est donc essentiel. C'est pour cela que la première année, tout nouveau-venu est d'abord apprenti. Typiquement, une personne commencera par travailler dans la salle d'emballage et à étudier la question du contrôle de qualité.

Puis, en fonction de sa formation et de sa performance, de ses évaluations et de ses ambitions personnelles, elle sera promue au sein même de l'institution. Après une année d'apprentissage, tout employé a droit aux bénéfices d'un emploi à plein-temps: assurance santé, congés maladie, jours de congé et le droit de joindre un syndicat. 

Une prise en charge globale

Ceci dit, une politique d'embauche ouverte seule ne peut suffire. C'est pourquoi tout une infrastructure a été mise en place pour soutenir ce processus. Une partie des profits de la boulangerie va à la Greyston Foundation. Cette dernière fournit des assurances santé pour des personnes atteintes du VIH, ainsi que des logements à prix raisonnables et un centre de garde d'enfants accrédité pour tous les membres de la communauté. Des fonds sont dédiés à des jardins communs où l'on peut faire pousser fruits et légumes frais.

Au sein même de l'organisation, quiconque voudrait continuer son éducation et obtenir son GED (certificat de fin d'études secondaires) a accès à un certain nombre de ressources: bibliothèque, ordinateurs, tuteurs.

C'est aussi pourquoi "Pathmaking" (faire son chemin) est une des philosophies de base de la boulangerie. Elle aide les employés à déterminer à un niveau individuel quels sont leurs buts sur le long terme, même au-delà de leur travail à la boulangerie.

"L'objectif est de casser le cycle de la pauvreté dans cette communauté. Et aussi [mettre en place] des ressources dont les membres de cette communauté ont besoin afin de construire une meilleure vie pour eux et leurs familles", explique Ariel Hauptman.

Dion, employé de la boulangerie depuis 2009, a tourné une nouvelle page dans sa vie grâce à la politique d'embauche ouverte. Après avoir effectué sa peine de prison, il a voulu changer de fond en comble. Ayant grandi à Yonkers, il connaissait la boulangerie et a décidé de commencer par là. Trois ans plus tard, il est éducateur au sein de la boulangerie, tient des postes de responsabilité, est en train de reconstruire ses relations et de faire de nouveaux projets pour le futur.

> Ecoutez - en anglais - Dion raconter son histoire et expliquer comment il a intégré le "Mandala" de Greyton, nom donné au réseau de la boulangerie. 

En février 2012, la Greyton Bakery est devenue une Benefit Corporation. Maintenant que l'entreprise doit prouver son impact social et environnmental positif, elle est confrontée à de nouveaux enjeux.

Depuis la terrasse et sa vue panoramique sur la rivière Hudson, Ariel Hauptman explique comment la boulangerie espère rajouter 40 panneaux solaires dans les trois prochains mois, une partie intégrante du programme environnemental de la boulangerie. Cette année sera aussi l'occasion d'un remodelage de leurs programmes de recyclage.

"Nous sommes une entreprise sociale locale, de communauté. Les besoins ne s'arrêtent pas. Cette communauté a besoin de nous.”

Photo Credit: Greyston Bakery
Traduit de l'anglais
Lire ce contenu en Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer