Benoît Hamon veut doubler le nombre de Scop d'ici cinq ans

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Benoît Hamon a profité du 35e Congrès des Scop de Marseille, pour donner un coup de pouce aux entreprises coopératives.

Benoît Hamon veut doubler le nombre de Scop d'ici cinq ans.

Le ministre de l'Economie sociale et solidaire a en effet profité du 35e Congrès des sociétés coopératives et participatives (Scop) des 15 et 16 novembre 2012,  pour promouvoir un modèle d'entreprise qui s'est révélé "robuste" durant la crise économique.

Pour créer le "choc coopératif" qu'il souhaite, le ministre a annoncé une série de mesures, dont certaines seront intégrées dans le projet de loi pour l'économie sociale et solidaire, prévu début 2013:

  • Création d'un nouveau statut pour les Scop,
  • Faciliter le rachat d'entreprises en Scop par les salariés,
  • Développer les capacités d'investissements des Scop via la BPI,
  • Possibilité de constituter des groupes de Scop,
  • Formation d'une justice commerciale "à la réalité du modèle coopératif"

 

Ces petites structures sont en pleine croissance. Le nombre de Scop aurait en effet augmenté de 9% depuis 2008. Rien qu'en 2011, 198 sociétés coopératives ont été créées, soit par reprise d'entreprises en difficulté, soit ex-nihilo.

Cette progression est en partie due à la crise économique. Avec la souffrance de certaines entreprises françaises, le système des Scop s'impose tout doucement comme une alternative viable et crédible.

"L'addition est lourde pour les PME fragilisées, la courbe du chômage ne cesse de grimper, il faut donc trouver des solutions et l'alternative Scop apparaît intéressante", explique à l'AFP Patrick Lenancker, président de la Confédération générale des Scop (CG Scop).

> Lire l'article sur L'Expansion

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer