Juliette, des tours de la Défense aux montagnes du Népal

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

A 25 ans, Juliette décide de laisser tomber les quartiers huppés de la Défense où un avenir prometteur l'attend, pour partir au Népal. Une aventure qu'elle raconte sur Youphil.com

[Cet article a été initialement publié en novembre 2011]

 

Tous les jeunes diplômés ne rêvent pas que d'intégrer le monde de l'entreprise. Juliette, elle, avait d'autres projets en tête. Son diplôme du Celsa en poche, elle reçoit une offre d'emploi de la part de l'entreprise Suez Environnement. "Signer directement un contrat avec une grosse entreprise, ce n'est pas ce que je voulais. J'avais envie de voyager, mais pas en tant que touriste", raconte-t-elle par téléphone, au fin fond du Népal à Pokara, où elle est sur le point de partir pour un trek de plusieurs jours.

Bercée dans le milieu de la solidarité et de l'humanitaire depuis toute petite, son choix a aussi été influencé par le parcours de ses parents: son père travaillait dans le milieu associatif et sa mère était médecin dans une organisation au Népal. 

Juliette entreprend donc des recherches pour trouver une organisation qui lui correspond. Déterminée, elle est sûre de deux choses: c'est en Asie qu'elle veut partir et elle veut garder un pied dans son domaine de prédilection, la communication. Elle découvre Développement sans frontières et trouve un projet qui lui plaît: développer la communication d'une école à Katmandou au Népal. Elle s'engage pour cinq mois et s'envole vers les terres découvertes dans les récits de sa mère.

Sur place, Juliette veut en faire plus et propose de donner des cours d'arts plastiques en anglais aux enfants de l'école.

Apprendre et grandir

Pour cette passionnée de l'écriture, créer un blog a été une évidence. Pour faire partager ses aventures, mais aussi parce qu'elle n'a pas besoin, ainsi "d'envoyer des mails à tout le monde". La jeune femme est également consciente que son avenir professionnel est important et elle le dit: son blog est aussi une vitrine sur le travail qu'elle accomplit.

Dans deux semaines sa mission se termine au Népal, mais elle s'est engagée pour six autres mois, au Cambodge cette fois. Elle part assister Muoy You, la directrice de l'école Seametrey, gérée par une association qui travaille sur la revalorisation de la culture khmer. "J'ai beaucoup à apprendre avec cette femme", confie Juliette.

"Je prends le temps d'apprendre autrement, de chercher et de trouver des solutions à des problèmes qui sont très éloignés de ceux que j'ai été amenée à traiter en France. Autonomie, patience et flexibilité sont les maîtres mots de mon quotidien!" relate-t-elle. Petit à petit Juliette s'émancipe et se construit. A présent elle en est certaine: elle veut travailler dans l'humanitaire, en poursuivant dans la communication.

Son retour est prévu l'année prochaine. Elle le fera à partir de Beijing, en transsibérien. Pour vivre jusqu'au bout son aventure.

Photo: Juliette / DR

> Découvrez d'autres portraits de blogueurs:

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer