[Emission]: Enquête sur le business de la faim

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Les journalistes de l'émission "Pièces à conviction" ont enquêté sur les crises alimentaires.

L'alimentation est-elle devenue un business? L’émission "Pièces à conviction" de France 3 s’est penchée sur le sujet. Durant 110 minutes, cinq reportages dénoncent le poids des investisseurs sur le marché de l’alimentation.

En cause principalement: les spéculateurs. Depuis 2007 et la crise financière, les prix alimentaires n’ont cessé d’augmenter au détriment des petits producteurs. De l’élevage de volailles en Bretagne aux agrocarburants du Mozambique en passant par le commerce des terres agricoles brésiliennes, le problème est partout le même: "les prix reflètent plus la loi de l’offre et de la demande" sans tenir compte des besoins des fermiers.

77 euros par mois

Les journalistes de l’émission présentée par Elise Lucet ont mené l’enquête et dénoncent notamment les activités du Groupe Doux (père Dodu) ou encore de Tereos (Begin Say).

De plus en plus de fermiers français ont été contraints d'arrêter l’élevage pour se tourner vers la production de céréales, "plus rentable". Par exemple, chaque membre de la famille de Franck Meyer, un éleveur français présenté dans le reportage intitulé "Eleveurs: le cauchemar des vaches maigres", n’a que 77 euros par mois pour vivre. Pour cet éleveur, nourrir ses bêtes est un défi quotidien: le prix de la tonne de foin est passée en quelques temps de 75 euros à 240 voire 280 euros, un budget colossal pour cette famille qui n’a que 5.000 euros par an pour vivre et une dette de quelque 130.000 euros.

Sans compter la flambée des prix du grain. En un an, les prix du blé ont bondi de 69%, ceux du maïs de 74% et ceux du soja de 36%, constatent les journalistes dans le reportage "Céréales: la guerre du grain". Ces augmentations sont le résultat des spéculations menées par des entreprises comme InVivo, l’un des leaders mondiaux de l’alimentaire, un pro de la négoce.

Logique financière

L’essor des agrocarburants est également sous le feu des projecteurs. C’est au Mozambique que les journalistes de France 3 se sont rendus pour mener l’enquête "Agrocarburants: de la nourriture dans nos réservoirs". Ce pays du sud de l’Afrique est l’un des plus pauvres du monde. En septembre 2010, il a été touché par des émeutes de la faim malgré les "36 millions d’hectares de terres cultivables, soit deux fois plus qu’en France". Ces terres sont essentiellement destinées à la production d'agrocarburants, un marché en expansion grâce à l'aide de l'Europe. 

Cette émission journalistique sera suivie d'un débat avec notamment José Bové ou encore Bruno Le Maire, ministre de l'agriculture qui devrait réagir à chaud à ces situations parfois scandaleuses. Au fil des reportages, les téléspectateurs pourront prendre conscience du poids des multinationales et de la finance dans l'agriculture. Mais aussi des conséquences que cela peut avoir: en 2050, nous serons 9 milliards sur cette planète, sera-t-il possible de nourrir tout le monde?

Ces enquêtes bien menées font écho à la nouvelle campagne d'Oxfam "Cultivons" qui dénonce justement "un système alimentaire défaillant". Elles rappellent surtout que la finance a supplanté l'humain et que la logique alimentaire a laissé place à une logique économique. Pendant ce temps-là, un milliard d'êtres humains souffrent toujours de la faim.

>Retrouvez l'émission de France 3 mercredi 15 juin à 20h35.

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer