Affaire de la Flottille: l'envers du décor

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Dans son livre, Thomas Sommer-Houdeville, un des organisateurs de la Flottille de la paix, témoigne.

31 mai 2010. La "Flottille de la paix" se dirige vers Gaza lorsque l'armée israélienne lance une opération militaire. Ces sept bateaux, qui transportent à leur bord de l’aide humanitaire, ont pour ambition de briser le blocus qu’imposent Israël et l’Egypte à plus d’un million de Palestiniens depuis juin 2007. L’assaut fait la Une des journaux. Neuf personnes meurent. Des dizaines sont blessées. Des centaines sont emprisonnées pendant plusieurs jours. L'acte est fermement condamné par la communauté internationale, mais Israël le justifie en assurant que des armes se trouvaient à bord.

Thomas Sommer-Houdeville, présent sur le cargo battant le pavillon grec, revient dans son livre, La Flottille*, sur cette affaire qui a mis un coup de projecteur sur la cause palestinienne. Ce chercheur en sciences politique veut "répondre à la propagande qu’[ils ont] subit: les gens doivent comprendre que nous sommes des gens normaux, des professeurs d’université, des marins, etc." Dans La Flottille, il livre ainsi sa version des faits.

Une "idée folle"

Le lecteur est rapidement propulsé dans les coulisses de l’organisation d’un mouvement de solidarité à l'échelle internationale, depuis les premières réunions de préparation jusqu'à l'assaut nocturne.

L'auteur raconte le travail de ces équipes qui tentent de réaliser une "idée folle": envoyer une flottille internationale dont le but est "de dénoncer et briser le siège de Gaza, d'apporter de l'aide humanitaire et de faire respecter le droit international".

Les deux dernières parties de ce bouquin de 170 pages, "Destination Gaza" et "Kidnappés", dévoilent un autre point de vue de ces évènements connus de tous. Le lecteur qui se souvient de cette affaire ne s'attardera pas forcément sur ces pages. En revanche, les deux premières parties -"Retour sur une idée folle" et "Salade grecque"- devraient d'avantage capter son attention.

A travers ce récit, le lecteur observe le déroulé des réunions, voit se tisser les liens d'une coalition animée par une ancienne prix Nobel de la paix irlandaise, des militants islamiques turcs, des altermondialistes américains, un survivant de la Shoah, etc.

Les difficultés liées au chargement d'un cargo n'auront plus de secret pour lui. Il reste à quai, en Grèce, attendant les autorisations nécessaires au départ, et s'amuse même, par moments, de voir ce coordinateur de la campagne CCIPPP partir désespéremment à la recherche de ses cigarettes alors que la situation s'y prête le moins.

Solidarité internationale

La mise en place de ce convoi ne mobilise que très peu la classe politique française. Les médias, eux, se montrent également peu intéressés par l'appel de ces militants pro-palestiniens. Seul Israël semble les prendre au sérieux. Et lorsque l'Etat hébreu commence à voir cette flottille d'un mauvais oeil et la qualifie de "provocation", Thomas Sommer-Houdeville réalise qu’il s’est embarqué dans une croisière qui peut s’avérer dangereuse. Il réalise alors que "la lumière médiatique et diplomatique est [leur] seule vraie protection". Il aura fallu l'assaut et le tragique dénouement que l'on connait pour que les caméras se braquent sur eux.

Il est nécessaire de rappeler que ce livre, écrit à la demande des éditions Zones de la Découverte, est le témoignage du vécu de ce membre de l'ONG Focus on the Global South. Par moments, inévitablement, le livre dérive vers un discours plus politique.

Au printemps 2011, d’autres bateaux prendront la direction de Gaza. Un des paquebots battra le pavillon français. Thomas Sommer-Houdeville en fera "très certainement" partie.

*La Flottille à paraître aux éditions Zones le 3 mars, 12 euros, 170 pages.

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer