Le soutien scolaire pas cher, ça existe

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Youphil a sélectionné pour vous cinq initiatives qui sortent des logiques mercantiles.

Des cours particuliers pour tous, une utopie ? Pas forcément. Quelques associations sont là pour rappeler que la réussite scolaire n'est pas l'apanage des plus fortunés.

Actifs, retraités ou étudiants, leur unique objectif est de filer un coup de main, afin de faire mentir les statistiques: d'après le Haut Conseil pour l'éducation, quatre enfants sur dix entrent en sixième "avec de graves lacunes" en lecture, écriture et calcul et "20% d'une classe d'âge quitte notre système scolaire sans aucun diplôme". Et ce sont le plus souvent les jeunes de milieux défavorisés qui trinquent.

Retour sur cinq initiatives.

> Etudiants solidaires

L’Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville) se présente comme "le premier réseau national d’intervention d’étudiants solidaires". Depuis 1991, elle propose à des étudiants de la France entière de venir en aide, gratuitement, deux heures par semaine, à des élèves en difficulté.

L’intervention a généralement lieu chez ces derniers, en présence d’au moins un parent.

L’objectif de ces sessions n’est pas strictement scolaire. S’il s’agit bien d’aider l’élève dans ses devoirs, l’étudiant ambitionne surtout de lui redonner confiance, d'éveiller sa curiosité, de booster sa motivation et son ambition, de l'ouvrir à la culture, etc.

Les étudiants ne sont pas rémunérés mais, dans certaines universités, leur engagement donne droit à des crédits ECTS.

          Plus d’infos sur le site de l’Afev

> Pépé 2.0

Avec Cyberpapy.com, point de cours en face à face: élèves et professeurs communiquent uniquement en ligne.

Ce grand forum se répartit par matières –français, maths, informatique, etc.– où les élèves en difficulté peuvent venir poser gratuitement leurs questions. Les "cyberpapys" (majoritairement des cybermamys, d’ailleurs) ne sont bien entendu pas là pour faire les devoirs à la place des élèves, mais apportent des éclairages, des méthodes de travail, corrigent des exercices. "Je pensais à tel plan pour une dissertation, est-ce pertinent?", "quelle est la différence entre la politique d’association et d’assimilation?" ou encore "j’ai un exercice mais je n’ai pas bien compris la question" sont, par exemple, des questions posées par les cyber élèves.

Les cyberpapys –beaucoup de retraités de l'Education nationale– proposent également des fiches conseils (comment étudier une oeuvre d'art, comment faire un exposé, etc.)

En outre, une opération "SOS Bac" a lieu chaque année, entre avril et juin, durant laquelle des professeurs de terminale viennent en renfort.

          Consultez les forums de Cyberpapy.com

> Chez soi ou à la bibliothèque

Les cours de l’Entraide scolaire amicale (E.S.A.) se déroulent au domicile de l’élève ou à la bibliothèque. Les bénévoles sont des étudiants, des actifs ou des retraités, qui interviennent une fois par semaine, durant une heure au minimum, auprès de jeunes âgés de 6 à 20 ans (niveaux primaire, collège et lycée).

Si les enseignants sont bénévoles, l’E.S.A. demande quand même 25 euros de participation annuelle aux parents, afin d’assurer ses frais de fonctionnement.

          Consulter le site de l’Entraide scolaire amicale

> Décrocher son brevet en ZEP

Partant du constat que les redoublements sont deux fois plus nombreux en Zone urbaine sensible (ZUS) que dans les autres établissements (38% contre 17,4%, d’après l’association), Zup de Co* a décidé de cibler les collégiens de ces zones défavorisées.

Des étudiants de grandes écoles ou d’universités partenaires, situées en Île-de-France, à Rennes et Tours, leur dispensent donc gratuitement 1h30 de cours par semaine, en français et en maths. L’objectif est de les accompagner jusqu’à l’obtention de leur tout premier diplôme, le brevet.

Les cours ont lieu dans l’établissement des élèves, après la classe.

A noter également que Zup de Co a créé la Web@cadémie, en partenariat avec l’Epitech, afin de former des jeunes sortis du système scolaire, n’ayant pas le Bac, aux métiers du web.

          Retrouvez le site de Zup de Co

> Profs en blouse blanche

Pas toujours évident de poursuivre sa scolarité lorsque l’on est malade ou accidenté. L’Éducation nationale a bien mis des dispositifs d'accompagnement en place, mais ils ne suffisent pas, à eux seuls, à assurer un suivi suffisant.

Plusieurs associations se sont donc créées un peu partout en France, regroupées depuis 1992 dans la Fédération pour l’enseignement des malades à domicile et à l’hôpital (FEMDH).

Les bénévoles dispensent gratuitement leurs cours au domicile de l’élève ou à l’hôpital, en lien avec le ou les enseignant(s) de son établissement d’origine.

Les intervenants sont des professeurs en activité ou à la retraite ou toute personne ayant les compétences et les connaissances suffisantes pour enseigner.

          Plus d’informations sur le site de la FEMDH 

Illustration: foundphotoslj sur Flickr

* Zup de Co est un projet soutenu par Youphil (voir encadré)

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer