Les grands philanthropes récompensés

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

BNP Paribas a remis pour la troisième année consécutive le prix de la philanthropie individuelle.

Deux philanthropes, deux combats. BNP Paribas a remis, ce jeudi 17 juin, deux prix pour rendre hommage aux individus qui s'engagent. Le Grand prix récompense une personne pour l’ensemble de son action philanthropique et le Prix Spécial du Jury* est destiné à un philanthrope “montant”, porteur d’un projet prometteur. Le premier a été remis à la famille Chagnon, le second à Chung To.

800.000 enfants québecois aidés

Chez les Chagnon, la philanthropie se pratique en famille depuis plusieurs décennies. En 2000, c’est la vente de l’empire familial de câblodistribution qui leur a permis de créer la plus grande institution philanthropique canadienne.

La Fondation André et Lucie Chagnon a été dotée de 75% de leur fortune et distribue chaque année environ 45 millions d’euros pour lutter contre la pauvreté au Québec. "La Fondation est intervenue, directement ou indirectement, auprès de 800.000 enfants québécois", explique ainsi Claude Chagnon.

Un modèle exportable

Exigeants et innovants dans les partenariats mis en place avec le gouvernement du Québec, les Chagnon ont développé et financé différents programmes portés par des principes d’action communs: la mobilisation au sein des communautés locales et le soutien tous azimuts au développement optimal de l’enfant dès sa naissance, avec un accent particulier sur l’éducation et l’activité physique.

La mesure de l’impact de ces "investissements sociaux" est en cours et le modèle serait facilement exportable, selon Claude Chagnon.

Un philanthrope entrepreneur social

Récompensé également, cet ancien banquier de Hong-Kong, Chung To. Il a laissé toutes ses activités pour se consacrer entièrement à sa fondation, dédiée à accompagner en Chine continentale des enfants devenus orphelins suite au décès de leurs parents atteints du sida. Souvent, ces derniers ont été victimes des campagnes de collecte de sang non sécurisées dans les villages.

La Fondation Chi Heng, "sagesse en action", s’attele également à la prévention auprès des communautés homosexuelles. Elle a aidé depuis sa création plus de 8.000 enfants, dont 5% sont atteints eux-mêmes du sida, dans plus de 200 villages répartis dans 8 provinces.

Tolérée par les autorités chinoises, elle est aujourd'hui l’organisation privée chinoise la plus importante sur le terrain de la prévention et du suivi d’enfants touchés par le sida. Et sa mission ne devrait malheureusement pas cesser de se développer, puisque le nombre de personnes atteintes du sida en Chine semble sous-évalué: un million pour les autorités chinoises... probablement six fois plus en réalité.

Micro-entrepreneurs

Afin de ne pas stigmatiser encore plus ces enfants souvent mis à l’écart au sein d’un village ou rejetés par leur propres familles, Chung To n’a pas voulu encourager la construction d'orphelinats.

Chaque enfant est suivi par des bénévoles afin qu’il intègre progressivement une famille d’accueil et une école publique, qui sont soutenues financièrement par la Fondation. Huit cent d’entre eux ont pu aller à l'école secondaire, cinq cent ont commencé des études universitaires.

Pour les autres, Chung To, toujours très présent sur le terrain, a mis en place un programme de formation et de soutien financier à la création de micro-entreprises. Le prix de 50.000 euros remis par la BNP Paribas servira à développer ce volet de l’activité de la Fondation.

*Les lauréats ont été choisis par un jury indépendant présidé par Suzanne Berger, professeur de Sciences politiques au MIT. Le jury a examiné une sélection de vingt nominés proposés par l’organisation britannique New Philanthropy Capital, qui a pris en compte différents critères: l’impact social, l’investissement financier et personnel du philanthrope, le professionnalisme, la viabilité ou encore la transparence.

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer