Donner les pièces jaunes de son salaire

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Un nouveau dispositif de collecte pour les associations est né. Depuis le 8 janvier, les salariés de l’entreprise Eutelsat sont les premiers à expérimenter "l’Arrondi Solidaire", qui leur permet de donner… les centimes de leurs salaires. La pratique est déjà bien connue dans le monde anglo-saxon, sous le nom de "payroll giving". En France, cette innovation de la planète "fundraising" résulte de la collaboration entre trois acteurs:

> ADP, leader français de la gestion de la paye

> MicroDon, une structure de l’économie sociale et solidaire

> l’agence Excel, leader français de la collecte de fonds

ADP et MicroDon se sont unis pour créer une plateforme technique sécurisée qui permet d’automatiser le versement des centimes d’euros de chaque salarié aux associations bénéficiaires, tandis qu’Excel, filiale du groupe américain TVWA, a apporté ses compétences en collecte.

L’intégralité des dons reversée

"Nous sommes partis du principe qu’ADP possédait la technique permettant de reverser directement aux impôts les charges qui sont déduites des salaires bruts. Pourquoi, dès lors, ne pas utiliser le même type de plateforme au bénéfice des associations?", explique Lyoko Niyoschi, directrice associée d’Excel et responsable du projet.

Afin de financer le développement technique de la plateforme, les entreprises partenaires devront s’acquitter d’un forfait. "Ainsi, 100% des dons versés par le salarié iront directement aux associations", soutient Lyoko Niyoschi.

Le projet, mûri au cours de l’année 2009, dans un contexte de crise, a choisi pour son lancement de privilégier des associations œuvrant dans la création d’emplois. Les deux structures associatives partenaires sont ainsi PlanetFinance, une organisation qui développe la microfinance, et l’Adie, un réseau favorisant le microcrédit. Des poids lourds du secteur. 

Impossible pour l’instant de mesurer le succès de ce dispositif très populaire dans le monde anglo-saxon, mais ses fondateurs ont bon espoir et pensent déjà aux futures associations qui en bénéficieront. "Probablement des structures oeuvrant dans le domaine de la santé", confie Lyoko Niyoschi.

Photo: Pièces via JoshuaDavisPhotography.COM/FlickR

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer