Grand emprunt: combien pour l'économie solidaire?

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Les PME de l'entrepreneuriat social bénéficieront d'une enveloppe. Explications.

1.Combien?

Le 14 décembre, le président de la République (voir son intervention intégrale) a détaillé les 5 secteurs économiques prioritaires qui bénéficieront des 35 milliards d’euros du grand emprunt. Les heureux élus sont: l’Enseignement supérieur, la Recherche, le développement durable, le numérique, et les industries/PME.

Considérant ces deux dernières comme un "levier particulièrement important pour la croissance à long terme de notre économie et de l’emploi", l’exécutif a décidé de leur consacrer 6,5 milliards d’euros.

Et c’est dans cette enveloppe que "100 millions d’euros seront dédiés à un fonds consacré à l’entrepreneuriat social et solidaire", selon l'Elysée. Déjà, dans un entretien à la Tribune (9 décembre), Michel Rocard, qui pilotait la commission sur le grand emprunt, avait souligné l'importance de l'innovation sociale.

2. Les secteurs concernés

Encore peu connues du grand public, les entreprises sociales mettent l'activité marchande au service d'objectifs sociaux. Elles interviennent surtout dans la santé, l'insertion, l’éducation et le logement social.

Même si le secteur représente une goutte d'eau dans le total de l'emploi en France, Jean-Marc Borello, délégué général du Groupe SOS estime que l'enveloppe de 100 millions d'euros est légitime: "L’économie sociale crée plus d’emplois que l’économie de marché, même en temps de crise".

Le fonds de l’entrepreneuriat social permettra également "de changer d’échelle", car jusqu’à présent, les investissements du secteur ne dépassent pas le million d’euros, constate également Matthieu Grosset, de l’Agence de valorisation des activités socio-économiques (Avise).

3.Qu'en pensent les acteurs du secteur?

Ils sont euphoriques. Jean-Marc Borello "remercie le chef de l’Etat pour son geste, s'il le confirme". Même sentiment du côté de l’Avise. Matthieu Grosset salue une "reconnaissance politique historique, que l'on peut comparer à ce qui se fait en Grande-Bretagne". La somme accordée au fonds pour l’entrepreneuriat social (100 millions) est en effet deux fois plus élevée que les 50 millions que la commission Rocard-Juppé avait évoqués lors des travaux préparatoires.

Un bémol cependant. Pour l’heure, le président n’a pas donné plus de détails sur la répartition des 100 millions d’euros. "On ne sait pas sur combien de temps sera étalé ce fonds, s’il sera durable et s’il s’autoalimentera ou pas", s’interroge tout de même Matthieu Grosset de l’Avise.

Photo: ministère de l'Economie et des Finances, Flickr, Dierk Schaefer.

Voir aussi ces destins d'entrepreneurs sociaux:

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer