Fondation Abbé Pierre: le nombre de sans-abris a augmenté de 50% depuis 2001

Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer

Voilà 60 ans que l’abbé Pierre a lancé son appel de l'hiver 1954 pour venir en aide aux personnes vivant dans la rue. Et 60 ans après, l'appel est toujours d'actualité pour dix millions de Français en situation de mal-logement, d'après le nouveau rapport annuel de la fondation Abbé Pierre [pdf], publié le 31 janvier 2014.

Parmi ces dix millions, l'association compte 3,5 millions de personnes mal logées (c’est-à-dire privées de domicile personnel ou qui vivent dans des conditions difficiles), et plus de 5 millions de Français "fragilisés par rapport au logement" (les locataires en situation de précarité énergétique, qui ne peuvent pas payer leur loyer ou encore les foyers surpeuplés).

Augmentation du nombre de sans-abris

L'autre chiffre inquiétant: celui de la progression du nombre de sans-abris. Près de 50% de sans-domiciles en plus entre 2001 et 2012 (141.500 personnes au total aujourd'hui), selon une étude de l’Insee sur laquelle s’appuie la fondation Abbé Pierre.

Par ailleurs, lorsque ces derniers appellent le 115 pour une demande en hébergement d'urgence, le dispositif est souvent saturé. Dans son rapport publié en 2013, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars) indique une augmentation de 30% des demandes d'hébergement d'urgence, tandis que 64% des demandeurs n'obtiennent pas de place.

La crise du logement aggrave la crise de l'emploi

La fondation Abbé Pierre insiste aussi sur le lien entre accès à un logement et accès à l'emploi: "Quand l’un vient à manquer, les difficultés qui en résultent pour les individus peuvent les conduire à basculer dans la précarité et l’exclusion", explique la rapport. D'autant plus que le prix moyen des loyers dans le parc privé a augmenté de 55%, entre 2000 et 2013.

Face à un tel constat, la fondation réclame au gouvernement un "choc de solidarité" en matière de logement. En préambule du rapport, le président de la fondation Raymond Etienne précise que l'association "attend du gouvernement […] une inflexion plus nette que les intentions ou les avancées (encore trop timides) des nouvelles lois." Il fait notamment référence à la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) et au plan de lutte contre la pauvreté, dont François Chérèque a expliqué le premier bilan sur Youphil.com.

Retrouvez notre dossier spécial "Quelle politique pour l'accès au logement?"

 

Crédit photo: per Corell/Flickr.
Email this pageEnvoyer à un ami0CommentairesImprimer